habillage
premium1
premium1
168 tables et chaises vides au siège de l'ONU
© Unicef

L'Unicef appelle à la réouverture des écoles

Le 4 mars 2021

En raison de la crise sanitaire, pour plus de 168 millions d’enfants dans le monde, les écoles sont entièrement fermées depuis près d’un an.

D’après de nouvelles données publiées aujourd’hui par l'Unicef pour plus de 168 millions d’enfants dans le monde, les écoles sont entièrement fermées depuis presque une année entière à cause des confinements dus au Covid. En outre, environ 214 millions d’enfants de par le monde – soit 1 sur 7 – ont manqué plus des trois quarts de leur scolarité en présentiel. Fort de ce constat l'Unicef a présenté au Siège de l’ONU à New York la  « Salle de classe de la pandémie » pour souligner la nécessité, pour les gouvernements, de privilégier la réouverture des écoles.

Il ressort de l’analyse des fermetures d’écoles que 14 pays ont gardé leurs écoles en grande partie fermées entre mars 2020 et février 2021. Deux tiers de ces pays sont situés en Amérique latine et dans les Caraïbes, où près de 98 millions d’élèves sont concernés. Sur ces 14 pays, c’est le Panama qui a fermé ses écoles le plus longtemps. Viennent ensuite El Salvador, le Bangladesh et la Bolivie.

168 tables et chaises vides au siège de l'ONU

168 pupitres vides pour symboliser les écoles fermées

Les fermetures d’écoles ont des effets dévastateurs sur l’apprentissage et le bien-être des enfants. Les plus vulnérables et ceux qui ne peuvent accéder à l’enseignement à distance risquent davantage de ne jamais reprendre le chemin de l’école, voire de subir un mariage forcé ou de devoir travailler. D’après les dernières données de l’Unesco, plus de 888 millions d’enfants dans le monde continuent de voir leur scolarité perturbée à cause de la fermeture intégrale ou partielle de leur école.

« Alors que la pandémie de Covid a commencé il y a presque un an, ces chiffres nous rappellent de nouveau la situation d’urgence catastrophique en matière d’éducation que les confinements ont créée dans le monde. Chaque jour, le retard pris par les enfants qui ne peuvent suivre une scolarité en présentiel s’aggrave, les plus marginalisés d’entre eux étant les plus durement touchés », explique Henrietta Fore, directrice générale de l'Unicef. « Pour ces enfants, nous ne pouvons nous permettre d’entrer dans la deuxième année d’enseignement en présentiel restreint ou même inexistant. Il faut faire tout ce qui est possible pour garder les écoles ouvertes ou leur accorder la priorité dans les plans de réouverture. »

Peggy Baron - Le 4 mars 2021
À lire aussi