habillage
Fjord
© Harrison Haines - Pexels

Pyratex cosmetic, une mode durable et circulaire à base d'algues

Le 15 juin 2021

Élaborée à partir d’algues organiques et de fibres de bois issues de ressources renouvelables, la fibre non allergène de la gamme Pyratex cosmetic est neutre en carbone, biodégradable et se présente comme une alternative à la fois durable et novatrice.

Les algues marines proviennent des fjords islandais dans des reliefs à l’abri des déchets et de la pollution due au trafic maritime. Seule une partie des algues y est collectée leur permettant de se régénérer naturellement tout en préservant la biodiversité locale. Les algues sont ensuite lavées, séchées puis moulues avant d’être intégrées à une solution de cellulose de bois dans un solvant non toxique. Conçue en circuit fermé et sans utiliser ni rejeter de produits chimiques, cette méthode de production permet de conserver les propriétés uniques de l’algue marine au cœur de la fibre, même après plusieurs cycles de lavage.

Une fibre aux nombreux bienfaits pour la peau

Pyratex a ainsi décelé dans l’algue des atouts considérables pour la peau. Elle protège des radicaux libres qui l’endommagent, active la régénération cellulaire et la recharge en vitamines, oligo-éléments, acides aminés et minéraux. L’algue possède aussi la capacité de soulager les irritations et les inflammations liées aux maladies de la peau. Face à ces multiples vertus et pour un engagement écoresponsable, quatre entreprises de mode ont intégré en juin 2021 des matières Pyratex avec cette fibre à leur collection.

AZ Factory, a introduit deux textiles de la gamme Pyratex dans sa ligne de prêt-à-porter femme, la marque de streetwear Pangaia en a fait l’usage pour des t-shirts, le créateur de souliers Nicholas Kirkwood pour sa capsule à l’occasion de la journée mondiale de l’océan et le label français Côme Éditions, engagé pour une mode durable avec No More Plastic, pour la conception d’une ligne de t-shirts.

Pyratex : la mode par la nature

Pyratex a pour vocation de proposer des textiles fonctionnels et naturels aussi respectueux de notre planète que de notre corps. Leur démarche est d’accompagner les marques vers un avenir plus responsable en se substituant aux matières synthétiques nocives pour l’environnement et la peau à travers des textiles de maille esthétiques et durables.

Regina Polanco a fondé Pyratex en 2014 avec l’idée de créer des « super-matières » pour le prêt-à-porter à l’image des « superaliments » vertueux pour la santé. Au fil des années, 33 matières naturelles, biobasées ou upcyclées et produites localement sont venues enrichir la gamme de l’entreprise (l’ortie aux propriétés de résistance et respirabilité, ou encore une fibre issue des déchets de production agricole de banane). À 29 ans, Regina Polanco gère une équipe de 16 personnes dans ses bureaux installés à Madrid. Ses projets de recherche et développement combinant de nouveaux ingrédients au service de la mode à un savoir-faire européen lui ont valu le prix « Horizon2020 » de l’Union Européenne.

Peggy Baron - Le 15 juin 2021
À lire aussi
premium2
premium2