habillage
premium1
premium1
Maxime Chattam
© CNC

L’écrivain Maxime Chattam devient président de la commission d’aide au jeu vidéo du CNC

Le 8 avr. 2021

Dominique Boutonnat, président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), a nommé Maxime Chattam à la tête de la commission du Fonds d’aide au jeu vidéo.

Maxime Chattam succède à Juliette Noureddine dont l’engagement exceptionnel aura accompagné la trajectoire du jeu vidéo français jusqu’à sa pleine maturité artistique. Maxime Chattam, auteur de romans policiers vendus à plusieurs millions d’exemplaires, et maître du genre, est aussi un créateur curieux de toutes les formes artistiques capables de servir son imagination, son sens du rythme et son écriture visuelle, depuis le théâtre jusqu’à la bande dessinée.

« Je suis fier et honoré par ce mandat de président de la commission d’aide au jeu vidéo du CNC, afin de soutenir ces artistes, dont les talents méritent encore plus de lumière. Au-delà de l’expérience purement ludique, le jeu vidéo est une forme d’expression pour les auteurs qui exige une créativité sans cesse renouvelée, un terrain d’inventivité rare dans le domaine de l’imagination, ce qui rend cet univers fascinant et attirant à mes yeux. Le jeu vidéo est art, et il se nourrit donc d’artistes en tous genres, que j’ai hâte de rencontrer à travers leurs projets, leurs visions. », déclare Maxime Chattam.

Étude : « l’industrie du jeu vidéo en France : tissu économique et compétitivité »

Le CNC et la Direction générale des entreprises, publient une étude inédite : « l’industrie du jeu vidéo en France : tissu économique et compétitivité », en collaboration avec le Syndicat national du jeu vidéo (SNJV) et le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL). Cette étude montre la bonne santé de l’industrie française du jeu vidéo qui, avec un chiffre d’affaires estimé à cinq milliards d'euros, est l’une des plus dynamiques en Europe et dans le monde. Troisième producteur européen de jeux vidéo, la filière s’appuie sur un écosystème structuré et actif, avec un leader mondial, Ubisoft, un cœur industriel de 575 studios, éditeurs et distributeurs, 11 900 emplois et des écoles de formation ayant une excellente réputation internationale.

Ce dynamisme s’explique notamment par la politique de soutien en faveur du secteur du jeu vidéo avec le crédit d’impôt jeu vidéo (CIJV) et le fonds d’aide au jeu vidéo (FAJV). La nouvelle commission du fonds d’aide au jeu vidéo, dont la vice-présidence est confiée à Audrey Leprince, fondatrice du studio The Game Bakers et présidente de l’association Women in Games, aura la charge de poursuivre ce travail en faveur du jeu vidéo indépendant. Elle pourra s’appuyer sur un dispositif d’aide renouvelé permettant :

  • Le soutien financier de toutes les étapes de la conception d’un jeu vidéo : de l’écriture à la production
  • Une revalorisation de la phase de préproduction (dépenses de prototypage) : l’aide sera attribuée sous forme de subvention et sera cumulable avec l’aide à la production.
  • Pour l’année 2021, le fonds dispose d’une enveloppe budgétaire de 4.2 millions d'euros intégralement financée par le CNC

Les entreprises du jeu vidéo bénéficient également du crédit d’impôt jeu vidéo, dont le taux s’élève à 30%, et qui permet de soutenir les productions les plus ambitieuses. En 2020, ce sont plus de 200 millions d'euros de dépenses de production qui ont pu être réalisées sur le territoire français grâce à ce dispositif.

Peggy Baron - Le 8 avr. 2021
À lire aussi