premium1
premium1
habillage
Dessin ou un homme enlève le cerveau d'un enfant de la boite cranienne pour le remplir par du sucre, du gras et du sel
© Foodwatch

Nitrites ajoutés : les avocats des industriels charcutiers menacent Yuka

Le 24 nov. 2020

Yuka, Foodwatch et la Ligue contre le Cancer dénoncent une tentative d’intimidation des industriels charcutiers en plein débat sur l’interdiction des nitrites ajoutés.

Il y a un an, Yuka, Foodwatch et la Ligue contre le cancer lançaient une pétition commune pour exiger l’interdiction des additifs à base de nitrites et de nitrates dans l’alimentation. Un an et plus de 210 000 signatures plus tard, le débat prend de l’ampleur puisque les sels nitrités font désormais l’objet d’une mission d’information parlementaire à l'Assemblée Nationale. En réaction, la Fédération française des Industriels Charcutiers Traiteurs (FICT), qui représente environ 300 entreprises, menace Yuka en exigeant la suppression de la pétition contre les nitrites et la modification du système de notation sur les produits comportant les additifs E249, E250, E251 et E252.  Pour Benoit Martin, co-fondateur de Yuka : « Il s’agit d’une tentative inacceptable de bâillonner l’information. Notre mission est d’aider chacun à faire le meilleur choix pour sa santé. Il n’est pas question de céder face à des menaces non fondées ».

Nitrites ajoutés : un sujet sensible

Les 3 organisations, indiquent dans leur communiqué que cette démarche de la FICT est d’autant plus scandaleuse « qu’elle feint d’ignorer le consensus de nombreuses études scientifiques sur les risques pour la santé de ces additifs à base de nitrites et de nitrates ». Des allégations démontées point par point par Axel Kahn, président de la Ligue contre le Cancer très engagé dans ce combat : « En France, le Président de l’Institut national du cancer et celui de La Ligue contre le Cancer, deux professeurs de médecine cancérologues, parlent d’une même voix, ils demandent la sortie des nitrites. En effet, les charcuteries sont classées cancérogènes avérées par l’OMS et chaque année, en France, jusqu'à 4 000 nouveaux cas de cancer de l’estomac ou du colon sont attribuables à la consommation de viande transformée. 80% des charcuteries sont traitées aux nitrates ou nitrites, les charcuteries traitées apparaissent plus cancérigènes que les non-traitées à ces sels, chez les rats et les hommes. Elles provoquent des lésions de l’ADN. Cela ne fait aucun doute, il est urgent de sortir du traitement des charcuteries pas les nitrates et nitrites ».

Yuka, Foodwatch et la Ligue contre le Cancer indiquent qu'ils feront front avec détermination et continueront à exiger l’interdiction des additifs à base de nitrites et nitrates dans l’alimentation.

Lettre des avocats de la FICT

Pétition Stop aux Nitrites

Quand les lobbies torpillent la Convention Citoyenne pour le climat

Footwatch a par ailleurs révélé une lettre envoyée par l’Association nationale des Industries Agroalimentaires (ANIA) à quatre ministres afin d'interdire la proposition de la Convention citoyenne pour le climat qui vise à interdire la publicité pour les produits trop sucrés, trop gras, trop salés. Pour l’organisation de défense des consommateurs, cette lettre signée par le président de l’ANIA est « honteuse », raison pour laquelle Foodwatch a décidé de la rendre publique.
Nous publions ici la lettre fuitée de l'ANIA et la réponse de Foodwatch.

Lettre de l'ANAI au Gouvernement sur l'interdiction de la publicité pour les produits trop sucrés, trop gras, trop salés (28/10/2020)

Lettre de Foodwatch au Gouvernement en réponse à la lettre de l'ANIA (10/11/2020)

Peggy Baron - Le 24 nov. 2020
À lire aussi
premium 2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.