habillage
Petite filel faisant de la balancoire sur un pneu
© Pezibear - Pixabay

Michelin réduit son empreinte écologique avec du caoutchouc biosynthétique

Le 21 févr. 2020

Michelin franchit une nouvelle étape dans son programme BioButterfly.

Dans le but de réduire son empreinte environnementale, Michelin en partenariat avec l'Ipfen Lyon, IFP Energies Nouvelles et Axens, s'est engagé en 2011 dans le programme BioButterfly. Dans la continuité de ce programme le groupe Michelin vient d'annoncer démarrer la fabrication de butadiène, un caoutchouc synthétique fabriqué à partir d'éthanol bio sourcé. Ce matériau représente 16% de la composition d’un pneu. Au niveau mondiale, l’industrie en consomme 12 millions de tonnes par an, dont 40 % dans la production de pneumatiques.

Un projet d'usine caoutchouc synthétique en 2026

Pour l'instant, il s'agit d'un projet à l'état de démonstrateur industriel.  « Le prix du butadiène fossile oscille entre 1.000 et 4.000 euros la tonne. Il faudrait arriver à un coût de 2.000 euros pour du butadiène biosourcé », résume Guillaume Bouquant, responsable du démonstrateur installé à proximité d'une usine de caoutchouc synthétique de Michelin.

Si cette étape s’avère concluante, le groupe Michelin envisage la construction d'une usine dédiée au bio-butadiène à partir de 2026, d'une capacité de 100.000 tonnes par an. Le projet, mené en partenariat avec l'Ipfen Lyon, IFP Energies Nouvelles et Axens, pèse 70 millions d'euros d'investissement et devrait créer à terme une vingtaine d'emplois.

Peggy Baron - Le 21 févr. 2020
À lire aussi
premium2
premium2