habillage
Jeune fille devant son ordianteur, levant la main pour dire bonjour à son enseignant en ligne
© Julia m cameron - Pexels

GoStudent propose cinq millions de cours particulier en ligne pour lutter contre le déficit scolaire

Le 2 avr. 2021

À la suite de l’annonce de la fermeture des écoles, la start-up de la EdTech GoStudent réagit et interpelle le gouvernement pour apporter son soutien aux parents et aux élèves pour les semaines à venir.

GoStudent, spécialiste de l'apprentissage en ligne, vient de lever 70 millions d'euros pour continuer son développement européen et devenir un véritable partenaire pour tous les parents face au déficit scolaire. En réaction à la fermeture des écoles, GoStudent a décidé de proposer publiquement au gouvernement cinq millions de cours particuliers en ligne à prix coûtant (sans bénéfices pour l’entreprise) pour aider jusqu’à 500 000 élèves en leur faisant bénéficier de 10 leçons chacun et leur assurer un accompagnement individualisé jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Lutter contre le déficit scolaire

Cette initiative inédite de la part de GoStudent intervient au moment même où les familles s’organisent pour ne pas renouveler l’expérience douloureuse du confinement strict de l’an passé qui avait laissé un grand nombre de parents démunis face au manque d’outils et aux pratiques d’enseignement à distance inefficaces.

Selon une étude rendue publique par le Ministère de l’Education en juillet dernier, seulement 15% des parents de collégiens et lycéens étaient tout à fait d’accord avec l’affirmation selon laquelle leur enfant avait maintenu le niveau d’apprentissage pendant le dernier confinement et seulement 6% que leur enfant avait pu progresser. Un constat alarmant qui fait réagir Felix Oshwald, cofondateur de GoStudent : « En tant qu’acteur privé, nous croyons qu’il est aussi de notre devoir d’apporter notre soutien et nos solutions aux parents. Institutions publiques ou organisations privées, chacun doit prendre ses responsabilités pour offrir aux élèves l’enseignement de qualité dont ils méritent. »

Peggy Baron - Le 2 avr. 2021
À lire aussi