habillage
Jeune homme faisant du trekking
© Stopick - Pixabay

En Belgique, Decathlon teste la location de l’ensemble de ses produits

Le 7 déc. 2020

Decathlon lance le projet « We play circular » en Belgique. Ce projet s'inscrit dans une logique circulaire et ouvre à la location l'ensemble des produits de l'enseigne. S'il est concluant, le projet devrait rapidement être généralisé.

Decathlon, qui loue déjà en France des vélos, des articles pour le trekking et le camping, ambitionne de franchir un cap supplémentaire dans l'économie circulaire. En effet, l'enseigne a décidé de proposer à la location la presque totalité de ses références en Belgique. L’expérimentation a commencé depuis la mi-novembre 2020 et concerne actuellement six magasins sur les 37 que compte l’enseigne en Belgique.

Un abonnement de 5 euros par mois

Tous les produits de plus de 25 euros, hors chaussures de sport orthopédiques et matériel de sécurité sont concernés. Le prix de location est dégressif en fonction de la durée de location, plus on loue longtemps, moins le tarif est élevé. Un panel de 400 testeurs a été retenu, qui moyennant un abonnement de cinq euros par mois, peuvent louer 40 000 références. Depuis le début de l’opération, les testeurs, ont emprunté du matériel de fitness, des vélos et du matériel de boxe.

Le projet « We play circular » pour éviter le gaspillage

« Cette première phase de test va durer six mois permettant d'étudier la typologie des produits les plus loués, pour combien de temps, et quelle est la rotation », explique Luc Teerlinck, chef du projet baptisé « We play circular ». Si la personne ne garde pas l'article loué, celui-ci est reconditionné et reloué. Ce système de location peut aussi éviter le gaspillage. Nombre d'articles de sport dorment dans les placards les caves, les greniers ou sont oubliés sous les lits. « Et cela permet aussi à chacun de tester des sports sans investir dans du matériel », ajoute-t-il.

Le modèle devrait aussi permettre de réduire le prix de la location sur le long terme. En effet, Luc Teerlinck a indiqué que « quand les revenus de location auront atteint le montant de la vente on dépréciera la valeur du produit et donc de la location à une échéance qui reste à déterminer ». Si ce test en concluant, la direction du groupe pourrait le généraliser rapidement.

Peggy Baron - Le 7 déc. 2020
À lire aussi
premium2
premium2