habillage
Visuel de la campagne HandsAway
© HandsAway

L'association HandsAway lance une campagne sur le consentement

Le 20 févr. 2020

Après avoir dénoncé les mécanismes primaires de certains hommes avec son film «​ ​Bande de bites​ ​» ou mis en lumière l’impact de certaines paroles avec «​ ​le Poids des mots​ ​», HandsAway a décidé de s’attaquer aux éternels débats autours du style vestimentaire qui tendrait à justifier l' injustifiable.

Ces dernières années la parole s’est libérée révélant ainsi l’ampleur des propos sexistes ou agressions sexuelles dans l’espace public. Pas moins de 86% des femmes disent avoir déjà été victimes de harcèlement de rue (IFOP, 2018).

Si face aux agressions, des actions de soutien sont menées pour les victimes, encore trop fréquemment ces femmes agressées ou harcelées sont tenues pour responsables de ce qu’il leur arrive.  Face à ce fléau​,​ l’association HandsAway, qui lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans la rue et les transports, continue son combat.

Elle était en jupe... elle l'a bien cherché

L’envie de porter une tenue moulante, une jupe courte, un décolleté plongeant, ou de dévoiler une parcelle de nudité ne doit pas être vue comme une invitation ou plus grave encore comme un élément légitimant une agression ou des propos sexistes, comme c’est encore trop souvent le cas aujourd’hui, ainsi que le traduisent ces quelques témoignages postés sur l’application Handsaway : ​« je marchais, j’étais en jupe quand un mec en voiture s’arrête et me dit « et tu suces ? sale pute » ,​ « eh madame madame jolie jupe...salope ouai »  ou encore « ​Hier ils m'ont coincés dans les toilettes pour que je leur donne le snap de ma  pote parce qu'elle avait « une jupe qui la rendait sexy ».

Visuel de la campagne HandsAway

Pour cette nouvelle campagne, HandsAway et son Agence TBWA ont donc voulu prôner la liberté des femmes​, ​sans concession. Cette campagne a pour objectif de rappeler qu’une femme a le droit de s’habiller comme elle le souhaite et qu’aucune tenue ne peut justifier de tels propos ou actes.

Cette série de photos a été réalisée par Shelby Duncan, photographe Américaine engagée dans ce combat qui a notamment réalisé une série de photos intitulée « Wild Things » capturant la jeunesse dans toute l’expression de sa liberté.

Cette campagne a pu voir le jour grâce à la contribution des représentants de Shelby Duncan : 1718 Paris, mais aussi grâce aux groupes de presse qui se sont engagés aux côtés d’HandsAway.

Peggy Baron - Le 20 févr. 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.