habillage
premium1
premium1
Photo en noir et blanc, d'un enfant assis seule, devant un gateau, avec une bougie pour ses 5 ans
© Саша Лазарев - Pexels

L'association Face à l'Inceste lance une campagne de sensibilisation et une pétition

Le 22 janv. 2021

L’association Face à l’Inceste accélère son combat sur la question du consentement en le mettant au cœur de sa dernière campagne et appelle les Français à s’engager en signant une pétition.

L’association Face à l’inceste (ex Aivi), association française de lutte contre l’inceste, accompagnée par Publicis Conseil, lance une campagne de communication visant à instaurer la présomption d’absence de consentement de l’enfant dans la loi.

Malgré le contexte actuel (affaire Duhamel), l’inceste reste un tabou en France et la question du consentement est toujours d’actualité (Affaire Matzneff). En effet, aujourd’hui encore, en France, un enfant qui révèle une violence sexuelle commise par l’un de ses proches doit prouver devant la justice qu’il n’était pas consentant. Ceci est également l’objet de la proposition de loi sur l’incrimination des violences sexuelles sur mineurs évacuant la recherche du consentement qui va être déposée le 21 janvier 2021.

« Il s’agit d’arrêter de demander à un enfant, au même titre qu’un adulte, s’il était consentant à ces actes. Arrêter de lui demander s’il était d’accord pour avoir des actes sexuels avec un membre de sa famille. Par ailleurs, cela envoie un message symbolique : les enfants doivent se protéger eux-mêmes, ils ne peuvent pas compter sur la loi. C’est tout bonnement insupportable et ça fait 20 ans qu’on lutte contre cette aberration légale. » Isabelle Aubry, présidente de Face à l’inceste.

Se placer à hauteur de l'enfant

En se plaçant à hauteur d’enfant, le film entièrement réalisé en animation par Jungler accompagné du talentueux peintre basé à Brooklyn, NYC Jackson Edward Joyce, soulève la violence de la question du consentement et fait prendre conscience au spectateur combien le cadre légal peut entretenir le cauchemar physique et psychologique que vivent les enfants.

Le dispositif média entièrement gracieux et négocié par Starcom (Publicis Media), qui, comme les différents acteurs du projet, a travaillé à titre gracieux, a pour objectif d’inviter les Français à signer une pétition pour changer la loi :

  • Un film diffusé en TV et VOL : TF1, Next, Amaury, BeInSport
  • Un dispositif digital : Madvertise, Digiteka, Mozoo, Tabmo, FreeWheel, Bliink, S4M, Sublime
  • Un dispositif presse : Le Monde, Libération, La Croix, Le Parisien – Aujourd’hui en France, Le Figaro.

Pour signer la pétition cliquez ici

Peggy Baron - Le 22 janv. 2021
À lire aussi
premium2
premium2