habillage
premium
premium
Une fille aux toilettes
© Always

Always dit non à la précarité menstruelle

L'ADN
Le 14 mars 2019

Avec l'association Dons Solidaires, Always lance une campagne contre le précarité menstruelle.

Always et l’association Dons Solidaires s’associent pour lutter contre la précarité menstruelle. On on parle peu mais une étude menée par Always* montre qu’environ 130 000 filles françaises manquent l’école chaque année car elles n’ont pas accès à des protections hygiéniques pendant leurs règles, par manque de moyens économiques. Une étude nationale réalisée par l’IFOP pour l’association Dons Solidaires met également en évidence cette situation. 8% des femmes déclarent ne pas toujours disposer de suffisamment de protections hygiéniques par manque d’argent.

Découvrez la campagne #NonàLaPrécaritéMenstruelle

Deux mois pour dire #NonàLaPrécaritéMenstruelle

La marque Always et l'association Dons solidaires ont donc décidé de s’associer pour lutter contre la précarité menstruelle des filles. Du 1er mars 2019 au 31 avril 2019, Always lance l'opération #NonàLaPrécaritéMenstruelle.

La campagne #NonàLaPrécaritéMenstruelle a pour ambition de sensibiliser le public à cette problématique et de participer en reversant plus de 4 millions de serviettes en France. Pour chaque paquet Always acheté ou chaque photo postée sur les réseaux sociaux avec le hashtag #NonàLaPrécaritéMenstruelle, Always reversera des serviettes hygiéniques à Dons Solidaires, qui les distribuera à des filles en situation précaire.


*Méthodologie de l'étude : étude Google Survey réalisée par Always auprès de 316 filles âgées de 18 à 24 ans, du 4 au 5 octobre 2018. Résultats extrapolés à la population française des femmes 18-24 ans selon le dernier recensement de l’Insee de Janvier 2018.

L'ADN - Le 14 mars 2019
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Il faut arrêter de prendre les gens pour des cons vous allez pas me dire qu'il y a des gens qui non pas 1 euros voir même moins d un euros car oui il existe des protections hygiénique à moins d un euros au pire elles mettent du papiers toilette ds leur culotte et voilà
    Sérieux on est en 2020 faut arrêter vos délire avec vos pub de merde

  • Entièrement d'accord avec le commentaire de Géraldine. Cette pub m'a choqué jai du la regarder plusieurs fois pour comprendre le motif qui les pousse à louper l'école, et quand j'ai saisi je suis restée bouche bée. Comment faisaient les femmes quand les protections hygiéniques n'existaient pas ? Dire que des filles ne vont pas à l'école parce-qu'elle n'ont pas de protection est tellement absurde. Le nombre de fois où je suis partie de chez moi (pour aller à l'école ou encore de nos jours pour me rendre au travail) en oubliant de mettre et prendre des protections hygiéniques! Ca ne m'a jamais empêché de poursuivre ma journée !!! Le plus aberrant et d'en faire un spot publicitaire comme si c'était un fait tragique sur lequel on ne peut fermer les yeux. Ces filles n'ont juste pas envie d'aller à l'école et le justifient comme elles peuvent.

  • Cette pub devrait être interdite ou alors offrir la possibilité de faire un don dans des pays qui en ont vraiment besoin. La précarité hygiénique n'est qu'un foutaise en France. Si une jeune fille n'a pas les moyens de se payer des serviettes (mais se promène avec le dernier téléphone à la mode, ou sors un paquet de cigarettes de sa poche...), elle va à l'infirmerie de l'école.
    Il y a des pays où cette précarité est vraiment réelle, que ces filles là aillent y faire un tour, elles réfléchiront à deux fois.