habillage

Yoplait ou les ambitions d’un grand groupe mondial

Le 29 avr. 2015

Yoplait, dont les actionnaires sont la coopérative Sodiaal et PAI Partners, est la deuxième marque de yaourts au monde derrière Danone. Mais après 37 ans de partenariat, le groupe français vient d’annoncer à General Mills qu’il entend arrêter, d’ici à deux ans, leur accord de licence de distribution aux Etats Unis. Son objectif : créer une division américaine pour gérer en direct ses ventes….

 

 Sur les 4 mds de CA réalisés par la marque dans le monde, les trois quarts sont issus des accords de licence passés notamment aux USA, au Canada, Mexique, Australie, Corée et dans les pays émergents, et ne tombent pas dans son compte de résultat. Or, les Etats Unis à eux seuls représentent la moitié des volumes vendus dans le monde sous la marque à la petite fleur.

Cependant, reconquérir cette source de revenus ne s’annonce pas simple, et déjà un bras de fer s’est engagé. En effet, General Mills qui détient 30,8% du marché des yaourts et du lait fermenté aux USA, s’appuyant sur le droit américain, estime que sa licence est définitive. De son côté, Yoplait fait valoir que son contrat de licence est de droit français et qu’il est fondé de pouvoir y mettre un terme.

 

Toutefois, l’actualité de Yoplait ne s’arrête pas là. PAI Partners, l’un de ses deux actionnaires de référence, vient de mettre en vente les 50% du capital qu’il détient depuis 8 ans. Une opportunité que General Mills souhaite saisir puisqu’il a déjà manifesté son intérêt pour le rachat du groupe. Ce qui lui permettrait de faire d’une pierre deux coups en réglant le problème de la licence, tout en se développant aux USA sur le marché de l’ultra frais, jugé à fort potentiel : l’Américain ne consomme en moyenne que 6 kgs de yaourts par an contre 30 à 40 kgs pour l’Européen. Mais pas seulement, car dans de nombreux autres pays, comme l’Inde, le yaourt est de fabrication domestique ou artisanale. Ce qui laisse présager là aussi, des développements et des implantations prometteuses.   

 

Mais, le distributeur américain n’est pas seul sur les rangs, d’autres repreneurs industriels et financiers comme le Français Lactalis (2ème fromager dans le monde) étudient déjà de près ce dossier à la santé financière excellente. Yoplait affiche, en effet, un CA de 900 M€ avec un résultat d’exploitation de 127 M€ en hausse de 7,5% au 30 juin 2010 et une dette bancaire nulle. Des chiffres qui permettent de valoriser le prix de vente de Yoplait entre 1,3 et 1,5 mds d’€.

          

Yoplait : http://www.yoplait.fr/

General Mills : http://www.generalmills.com/

PAI Partners : http://www.paipartners.com/

Lactalis : http://www.lactalis.fr/

 

L'ADN - Le 29 avr. 2015