habillage
premium1
premium1
actu_24169_vignette

R.I.P. BETC MUSIC

Le 29 avr. 2015

BETC Music devient BETC Pop. Changement de nom et de positionnement pour les dénicheurs d'émotions : Fabrice Brovelli et Christophe Caurret.

BETC Music est mort, vive BETC Pop. L'agence opère un changement de nom et fait savoir qu'elle travaille sur d'autres sujets : la mode, le cinéma... Ces univers font déjà partie de leur ADN : BETC  Pop accompagne par exemple Saint-Laurent, Courreges ou encore La Jeune Rue. L'agence produit du contenu, des events et réalise de la stratégie d’entertainement et de campagnes intégrées...

Depuis sa création, l'agence est connue pour des projets réalisés (pour des marques) inscrits autour de la musique. Pourtant, elle a à son compte de nombreuses réalisations dans l'audiovisuel. Parce qu'ils sont de nature curieuse, Fabrice Brovelli & Christophe Caurret sont managers de groupe, créateurs de label, et à l'origine des soirées Panik. "On a beau être publicitaire, il faut s'immerger et s'impliquer dans notre métier. Cette curiosité nous a permis d'avoir d'autres opportunités dans le long métrage par exemple. Le mot Audiovisuel englobe aujourd'hui jeux video, publicité, film, musique, mode... Les frontières s'effacent entre chacune des disciplines. Le secteur de la musique a subi une crise et les cartes ont été redistribuées, des éditeurs deviennent ainsi producteurs de spectacle, des labels lancent des services 360... Cette mutation touchera toutes les disciplines et créera de facto de nouvelles passerelles " analyse Christophe Caurret, DG de BETC Pop.

Le site BETC Music qui était devenu un site d'actualité musical référent, depuis ce matin aborde l'actualité mode, musicale et lifestyle sous sa nouvelle identité.

Depuis quelques semaines,  ils accompagnent le projet gastronomique de Cédric Naudon : la Jeune Rue. "Il y a un point de liaison entre la musique et la gastronomie, c'est l'émotion, nous avons voulu croiser les deux disciplines" explique Christophe Caurret. L'entrepreneur a ainsi confié à BETC Pop la direction musicale pour chacun des lieux de la Jeune Rue (Paris 3ème).

Côté pub, les campagnes qu'ils orchestrent naissent après un long processus créatif : il s'agit de trouver le bon morceau, le bon artiste, ni trop tôt, ni trop tard.  Une mission qui nécessite de tomber juste afin de provoquer une émotion, une mémorisation, un attachement. C'est parce qu'ils sont passionnés de musique que pour eux, les frontières ne se sont jamais limitées à cette seule discipline. En revanche, les choix audacieux  qu'ils ont parfois du imposer, auront marqué les esprits et rendu les marques peut être encore plus belles. Ce fut le cas de la campagne "Le Passage" d'Air France - "Je revendique les Chemical Brothers (Asleep from Day)  que j’ai réussi à faire passer contre vents et marées" se souvient Fabrice Brovelli, Vice-Président de BETC. La musique, la signature, l'idée, le script et l'exécution du film "Le Passage"  ont inscrit Air France sur un positionnement "luxe" et mémorable.

D'Air France à La Poste (Amadou & Mariam), en passant par les bébés d'Evian, ou David Bowie qui interprète pour la campagne Louis Vuitton "I'd rather be high " (Venetian Mix), le duo a enchaîné les succès.

Ils ont cultivé un réseau mais aussi leur curiosité : "Il s'agit de traduire une époque, une conviction ! L'humain a toujours besoin d'être surpris et on ne peut pas rationaliser une émotion." poursuit Fabrice Brovelli. Ce fut le cas cette année avec le film réalisé pour Lacoste avec une interprétation de Disclosure « You and Me » (Flume remix), qui a marqué les esprits. " Je n'y suis pour rien, c'est un choix réalisé par deux personnes contre l'avis de tous. La carrière du chanteur a explosé. Cette chanson est un remix, il l'a totalement restructurée et elle a pris tout son sens grâce à l'image. Tout le monde connaît cette chanson, elle est devenue un hymne pour des couples." rajoute Fabrice Brovelli.

Cet automne, ils ont co-réalisé avec Providence "le Hello Morning Festival pour Nutella". Cette série de concerts pour lève-tôt, aura contribué à donner une image plus branchée à la célèbre pâte à tartiner. "L’idée est de réveiller les gens en musique avec des concerts ayant lieu dès 6h30 du matin."

A Paris et à Nantes, les passants ont découverts Ayo, Jamaica ou encore Elephant qui se sont produits au petit matin.

Le duo poursuit son chemin et regrette, en regardant le monde de la création publicitaire, une course au "cool" poursuivie par les marques souvent systématique, avec des associations du monde musical et des marques pas toujours probantes.

"Nous croyons que les opportunités susceptibles d'être développées entre la musique et les marques sont à l'état de terrain vierge. Contrairement aux pays Anglo-Saxons, il existe assez peu d'initiatives qui font sens en dehors de Green Room ou Black XS" ajoute Christophe Caurret. "Face à un hyperchoix  permanent, il faut avoir des lignes de goûts clairement identifiées... ". "Je pense qu'une marque moderne devrait essayer d'arrêter de "parler cool" pour se différencier", conclut Fabrice Brovelli. 

L'ADN - Le 29 avr. 2015