habillage
actu_3180_vignette

Optimisation des recettes publicitaires

Le 29 avr. 2015

Une quinzaine d'éditeurs français testent la solution Improve Digital !
Improve Digital France annonce l'accord de plus d'une quinzaine d'éditeurs web pour tester sa solution d'optimisation des recettes publicitaires. Parmi ces éditeurs : Allociné, Le Monde, Le Nouvel Obs, Le Post, Libération, Mediastay, (Bananalotto, Kingolotto, KDP (Cmonjour.com, koodpo), IMinent (IM booster) ....

 

Espaces publicitaires non premiums : des revenus pouvant augmenter de 70 % en un mois

Il s'agit d'optimiser les revenus que ces éditeurs peuvent tirer de leurs espaces publicitaires non premiums tout en leur permettant de contrôler la qualité ou la provenance des publicités diffusées chez eux.
Les premiers tests réalisés chez certains éditeurs dans l'hexagone, montre une augmentation des revenus de 70% en un mois. Improve Digital va ainsi démontrer en France, en gérant plus d'1 500 000 000 d'impressions, la pertinence de la solution technologique développée par son partenaire américain Pubmatic, devenue une référence incontournable outre-atlantique.

 

 

Ad Networks, Ad Exchanges : la solution effectue en temps réel la transaction financière la plus intéressante
Une des clefs de la réussite de cette solution sophistiquée est d'implémenter un process automatisé permettant aux éditeurs d'effectuer - en temps réel - la meilleure transaction financière pour leurs espaces publicitaires non premiums, auprès des Ad Networks (réseaux publicitaires) et/ou Ad Exchanges.

Au Royaume-Uni en 2008, 44% des dépenses publicitaires en ligne provenaient des Ad Networks. Dans ce contexte de multi-intervenants, utiliser des techniques manuelles pour trouver le mix idéal entre les différents réseaux publicitaires et valider la pertinence des réseaux exploités est une tâche chronophage, complexe et fastidieuse. La multiplication des sources de données, des démarches de connexion, la complexité grandissante de l'étape contrôle-qualité des annonces, alourdissent sérieusement le travail de l'éditeur.

 

Une priorité : le contrôle de la qualité des campagnes publicitaires dans le respect de l'image de marque de l'éditeur
Michel Juvillier, directeur général d'Improve Digital France - expert reconnu en monétisation publicitaire et par ailleurs professeur e-business (Master 2, 5ème année) au pôle universitaire Léonard de Vinci, à l'IPAG et à l'ISG - constate : «  Outre une augmentation des revenus, des eCPMs (coût pour mille effectifs) en hausse et une rentabilité améliorée via notre plateforme, la plupart des éditeurs souhaitent également protéger leur image de marque et considèrent ce point comme un critère absolu de réussite. Grâce à la relation de partenaires que nous entretenons avec les réseaux, dans chaque pays où nous sommes implantés, nous avons acquis une bonne expérience du contrôle-qualité des campagnes publicitaires, point sur lequel nous nous engageons à réussir. Cet échange constant avec le secteur est pour nous fondamental et nous permet de démontrer quotidiennement comment la collaboration avec de multiples Ad Exchanges et Ad Networks peut s'avérer être une expérience extrêmement positive.»

L'ADN - Le 29 avr. 2015