habillage
premium1
premium1
actu_12808_vignette_alaune

Naissance officielle de mademoiselle scarlett

Le 29 avr. 2015

Une nouvelle agence est née, mademoiselle scarlett! Interview d'Olivier Bouas-Laurent, son président, ex- DGA de Dufresne Corrigan Scarlett et DG de Génération Media.

Doc News: Pourquoi avoir crée mademoiselle scarlett ? Quelle est votre vision du marché de la communication aujourd’hui ?

Olivier Bouas-Laurent: Le marché est confronté à des annonceurs aux problématiques très intéressantes mais souvent « one shot », avec des plannings courts (parfois une semaine entre le brief et la présentation) et des budgets réduits auxquels les agences de publicité de taille moyenne comme Dufresne Corrigan Scarlett ne peuvent répondre.

 Ces mêmes annonceurs sont pour autant tout aussi exigeants, ils demandent un conseil pointu, une création de qualité et déclinable sur tous les supports.

C’est cette vision pragmatique qui a motivé la création de mademoiselle scarlett. Aventure dans laquelle m'a rejoint en tant que directrice associée Séverine de Nazelle, avec qui j'avais travaillé chez Dufresne Corrigan Scarlett. Composé essentiellement de publicitaires confirmés, mademoiselle scarlett est capable à la fois de travailler l’idée et d’accompagner ses clients sur tous les métiers de la communication. Tout ceci est rendu possible, notamment grâce à l’aide de ses partenaires au sein de la maison de la communication (1 seule adresse, 10 agences spécialisées, 240 personnes).

 

Quelle est la philosophie de mademoiselle scarlett ?

Proposer une structure légère, souple, réactive, sans engagements, basée sur la coproduction d’idées « agence/annonceur ». Elle permet ainsi d’offrir au client un accès direct à la création. Ce travail de coproduction a d’ailleurs déjà été mis en œuvre avec nos premiers clients.  Avec Comptoir de famille par exemple, plusieurs réunions d’échanges d’idées, de partages des connaissances et d’expériences nous ont permis d’aboutir au concept de la future campagne de communication dans un climat solidaire, de confiance.

 

Quid du digital ?

Nous ne croyons pas aux formules « total look » 100% digital ou 100% grand media mais nous cherchons avant tout le meilleur équilibre pour la marque.  Notre religion, notamment en digital, est plutôt celle du « test and learn » pour reprendre l’expression d'Hugues Pietrini, président d’Orangina Schweppes. La force du modèle de mademoiselle scarlett, c’est d’être capable de proposer des solutions digitales malignes et souvent économiques.

 

Qui sont vos premiers clients ?

Look Cycles, Marc Dorcel, TF1 Distribution, TF1 Publicité, Best Western, Sergent Major, Limonades Lorina, le groupe INSEEC et la marque de déco Comptoir de Famille (gagnée en finale face à DDB Nouveau Monde).

 

 

Propos recueillis par Virginie Achouch

 

 

Séverine de Nazelle & Olivier Bouas-Laurent - Mademoiselle Scarlett 

 

 

 

 

 

 

 

L'ADN - Le 29 avr. 2015