habillage
premium1
habillage
actu_13636_vignette_alaune

Les Fims Lions vus par Andrea Stillacci

Le 29 avr. 2015

Interview d'Andrea Stillacci, président, directeur de la création de l'agence Herezie et membre du jury Film pendant le Festival des Cannes Lions.

 

 

 

 

 

 

DN : Quelle est votre vision de ce palmarès de la catégorie Film ?

Andrea Stillaci : Nous avons cette année donné 30% de Lions de moins qu’en 2011. Cela veut dire que ce n’était pas une très bonne année. Le niveau était moyen. Mais certains travaux étaient magnifiques. Nous sommes très contents des Lions d’Or. L’élément clé de cette année est l’être humain qui est au centre. Les messages ne sont pas tous comme Chipotle, c’est une observation des êtres humains, de leurs faiblesses, de leurs façons de vivre. C’est une façon de raconter une histoire  et de la lier à la vérité d’un produit.  Dans le jury, sans se donner de critères, nous sommes tombés sur des choix très similaires.

 

DN : Quel est votre coup de cœur ?

AS : Il y en a plusieurs, « L’Ours » de Canal+  est évidemment extraordinaire. J’ai aimé aussi « 3 little pigs » pour le Guardian, Direct TV. La campagne italienne « World Down Syndrom Day » est une façon de penser les media et le marketing différemment. C’est une opération qui doit sortir dans tous les pays. C’est étonnant, simple et vrai.

 

DN : Sur ces Cannes Lions 2012, ce sont l’honnêteté, la simplicité, la transparence qui sont récompensés ?

AS : Oui, c’est absolument vrai. Après, il y a l’humour, la joie de vivre, avec les films argentins pour BGH qui ont gagné un Gold mais aussi Direct TV dans lequel les dialogues sont très amusants. La qualité du travail réalisé est extraordinaire.

 

DN : A l’image de Chipotle qui a remporté le Grand Prix, les entreprises semblent être engagées pour redonner confiance aux consommateurs. Mais on peut toujours raconter de jolies histoires, pensez-vous que les marques soient vraiment engagées, vont-elles tenir paroles?

AS : Cela dépend des marques. Si vous pensez à Apple, « think different » c’était une des premières à faire une campagne corporate avec un message très fort, je dirai aujourd’hui « Re Think ». C’est le changement qui a eu lieu. Toutes les marques ne doivent pas faire cela. Doritos par exemple a un élément d’entertainment qui est très important. C’est un mélange entre valeur, entertainment, intelligence, craft et je pense que tout ça fait qu’on arrive à un produit de communication parfait.

 

DN : Pouvez-vous nous parler du clip réalisé pour le duo Terra Nova ?

AS : C’est un projet dont je suis très fier, je suis très content de ce film. Je connais Fetisch de Terra Nova depuis des années, ils ont fait de très belles choses. On a eu cette idée qui était un challenge au niveau de la production, car on avait vraiment envie de faire un plan séquence de quatre minutes et demie sans aucune post production. Ce n’était pas facile de lier le rythme des montages à la musique. On avait envie de faire un clip chez Herezie, c’est au-delà de la pub.

 

DN : Comment débute cette année pour Herezie ?

AS : On va fêter nos deux ans. Il y a maintenant quarante personnes qui travaillent à l’agence, on a 18 clients. On arrive à gérer la croissance. On s’amuse. J’ai eu l’honneur de représenter la France durant le Festival des Cannes Lions, nous avons également de nouvelles initiatives à l’AACC, c’est un moment de grandes énergies et je suis ravi.

 

 

Propos recueillis par Virginie Achouch

 

 

L'ADN - Le 29 avr. 2015