habillage

Kate Moss, une brindille dans la pub

Le 29 avr. 2015

 

 

Si les femmes souvent varient ... les annonceurs aussi font preuve d'instabilité. 

 

Alors qu’en 2005, les tabloïds fustigeaient Kate Moss pour une malheureuse photo d’elle sniffant sur un canapé, celle-ci au nom de la bonne morale voyait ses contrats s’annuler les uns après les autres : H&M, Chanel et Burberry. Image de marque oblige.

 

Cette mésaventure a pourtant boosté la notoriété du top. Une fois l’orage passé, Kate Moss a signé de nombreux contrats avec des marques de luxe telles que Dior, Longchamp, Vuitton, Stella McCartney, Roberto Cavalli, Versace, Rimmel et Bulgari. Il faut croire que l’image sulfureuse du top fait vendre.

 

 

 

 

Aujourd’hui, Kate Moss fait le buzz avec une publicité d'une minute pour la nouvelle gamme Dream Collection, de la société chilienne Basement. Une publicité toute en symbole, où elle courtise un homme à tête de lapin et va même jusqu’à lui offrir un bouquet de carottes.

 

 

 

 

Rien de choquant jusque-là me direz-vous ? Si on observe de plus près le rongeur, il ressemble à s’y méprendre au lapin de Donnie Darko, film de Richard Kelly, dont le héros est un adolescent perturbé victime d'hallucinations. Le lapin n’est-il pas celui qui invitait Alice (Alice au pays des merveilles) à le suivre dans les recoins obscurs de son inconscient ? Quant à ce bouquet de carottes offert, ne fait-il pas allusion au fameux « Feed your head », cri lancé par Jefferson Airplane dans ce fameux morceau « White Rabbit », éloge au LSD ? Albert Hoffman aurait certainement souri à ce subterfuge.

 

 

 

Les stratégies publicitaires sont parfois troublantes.

 

Ou peut-être sommes nous dans l'erreur. Ce film serait-il une métaphore de l'enfance? Kate Moss aurait-elle une attirance déviante pour ce qui ressemble de près ou de loin à ses anciennes peluches. N'oublions pas que le top a tenté de kidnapper, au nom de l'association Comic Relief, notre adorable Misery Bear il y a déjà quelques semaines.

 

 

 Sylvie Le roy

L'ADN - Le 29 avr. 2015