habillage
premium1
habillage
actu_17616_vignette_alaune

"Je sais pourquoi je fais ce métier"

Le 29 avr. 2015

Interview de Georges Mohammed-Chérif, président de Buzzman, et jury de la catégorie Promo & Activation qui a récompensé la campagne « Immortal Fans » réalisée par Ogilvy pour le Sport Club de Recife au Brésil.

 

Quelle est votre vision de ce palmarès ?

Georges Mohammed-Chérif: Pour le Grand Prix, cela a été unanime. « Immortal Fans » me met des frissons. Je pense, et cela l’illustre parfaitement, que la pub peut se révéler puissante et qu’elle peut changer la vie. Avec ce cas, on peut se dire qu’il peut être déployé par tous les club de foot du monde ou par tous les fans de musique par exemple. Nous ne sommes pas uniquement là pour vendre des pâtes, c’est fabuleux de voir que la publicité peut faire cela. Cela rend notre métier noble.

Nous avons donné ce Grand Prix à Immortal Fans car cela nous a touché, mais il y a d’autres cas récompensés qui sont très amusants comme celui  de « Driving Dogs » de Draft Fcb (Nouvelle Zélande), et très intelligents tel que « The Ant Rally » pour WWF (BBDO Germany) qui montre une manifestation de fourmi.

La pub aujourd’hui change les produits, c’est une vraie tendance.

Malheureusement le cas « Share a can » de Coca n ‘a pas été retenu car il s’agissait d’un marché test. Il y a eu de longues discussions mais c’est vraiment dommage pour la France car il s’agissait d’un Gold.

 

Que pouvez vous dire des résultats des français ?

GMC : En France, il n’y a qu’un Bronze Lions pour ALB pour CLM BBDO, c’est super maigre. Il n’y avait pas beaucoup d’entrées en shorlist non plus.  Le niveau est vraiment supérieur.

Et ce n’est plus une question de budget comme cela été le cas il y a des années. Il y a des cas magnifiques réalisés avec peu de budgets.

Il faut vraiment se pencher sur tous les cas de Charity de ce palmarès, ils peuvent être très inspirants pour les agences et les annonceurs.

En échangeant avec les créatifs étrangers, ces derniers, alors que les réalisations ne coûtent pas forcément cher, sont bien payés pour leurs idées. C’est un véritable enseignement.

C’était mon premier jury, c’était riche d’échanges avec les membres du jury. J’ai même été surpris que Buzzman soit connu jusqu’en Australie. Cela veut dire que les français sont quand même présents dans la tête des gens à l’étranger, mais franchement sur ce jury c’était maigre.

 

Durant la conférence de presse, Lode Schaeffer et d’autres membres du jury ont vraiment insisté sur la qualité des cas présentés mais un manque d’idée. 

Ce qui est vraiment incroyable, c’est l’argent dépensé pour la confection des cas, il y a une sorte de surenchère. L’argent ne doit pas forcément servir à ça mais aux idées.

Lorsque les idées sont bonnes, pas besoin de dépenser davantage sur le cas, elles parlent d’elles-mêmes.

Mon message pour les annonceurs et les agences c’est que l’audace existe. Il existe des annonceurs et des agences qui prennent des risques, modifient leur business, mettent en péril leurs concurrents, changent le monde. La pub sert à cela, je sais pourquoi je fais ce métier.

 

Votre coup de cœur est-il définitivement  brésilien ? 

GMC : Oui définitivement. J’ai adoré « Days of hope » pour le Samu Social (Saatchi &Saatchi) : pour montrer au gens qu’il faisait froid, les sans-abris ont présenté la météo. Nous sommes dans la « Real Advertising », rentrons dans la vie des gens. Il y a peu de pub allégorique, ici on touche le cœur des gens.

 

 

 

Propos recueillis par Virginie Achouch 

 

 

 

 

 

 

 

 

days of hope from Doc News on Vimeo.

L'ADN - Le 29 avr. 2015