habillage
actu_11235_vignette_alaune

H&M, le corps du délit

Le 16 févr. 2012

Les silhouettes des mannequins présentées sur le site d'H&M sont totalement fabriquées. Le tabloïd suédois Aftonbladet dénonce le procédé ainsi qu'un certain nombre d'associations. Les internautes ne semblent pas plus émus que ça.

Les mannequins virtuels ont engendré les foudres des associations de lutte contre l'anorexie et de Lena Adelsohn Liljeroth, ministre de la Culture suédoise, qui estime que "l'industrie de la mode est responsable des idéaux qu'elle choisit de créer et de renforcer".

La chaîne de magasins de vêtements reconnait avoir eu recours à une procédure de création des mannequins virtuels : les vêtements sont photographiés sur un véritable mannequin et sous différents angles, puis sont assemblés dans un programme informatique pour montrer une tenue complète. Il s’agit du même outil  utilisé dans la rubrique "Dressing Room" de la marque permettant de créer son propre look.

 

"Il ne s’agit pas de véhiculer un « idéal physique », mais simplement de présenter les articles comme le font d’autres marques. Les têtes de ces mannequins virtuels sont des têtes de vrais mannequins qui sont bien conscients de la manière dont la marque les utilise», déclare Alexandra Martin, responsable du département presse d'H&M. Remettre en question les mannequins virtuels reviendrait à critiquer également les mannequins utilisés en magasins et en vitrines, aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

 

Pour toutes les autres campagnes publicitaires diffusées en télévision, en presse et en affichage, ainsi que sur d’autres supports, H&M utilise de vrais modèles et continuera à le faire.

 

www.hm.com

 

 

 

 

 

L'ADN - Le 16 févr. 2012