habillage
premium1
premium1
actu_23779_vignette

Et l'Homme de l'année 2014 est...

Le 19 nov. 2014

Emmanuel Poncet, rédacteur en chef de GQ, revient pour nous sur l'édition 2014 du classement des Hommes de l'Année. Nouveauté de cette année : une catégorie "Homme Digital".

C’est l’évènement le plus important de la vie de GQ. Emmanuel Poncet, Rédacteur en Chef du magazine qui vient de dépasser le seuil symbolique des 500 000 lecteurs, nous dévoile les dessous du classement et revient sur les points forts de cette édition 2014.

Comment ça marche ? La rédaction établit une liste de nominés. Les gens qui ont brillé, porté des succès commerciaux ou qui se sont démarqués dans un domaine particulier. Mais pas que « Il s’agit de récompenser des personnalités qui prennent des risques. Ce qu’on aime, ce sont les gens qui ont un style, un certain humour, et un grand professionnalisme ».

Les internautes sont ensuite invités à voter. Une fois les votes enregistrés, le résultat est confronté au choix de la rédaction, qui peut alors établir le palmarès.

La tendance générale qui se dégage de ce classement, tant au niveau de l’homme politique (Alain Juppé) que du musicien (Julien Doré) de l’année, c’est que ces personnalités poussent « une logique professionnelle et personnelle jusqu’au bout. Ils font des choix audacieux, et c’est pour cela que nous les récompensons ».

Décidemment incontournable, c’est Omar Sy qui remporte le prix de l’Homme de l’Année. S’il n’avait plus rien à prouver au niveau du style et du l’humour, il a su dévoiler ses talents et son professionnalisme en s’affichant en tête de cartons cinématographiques. « En partant à la conquête d’Hollywood, Omar Sy a pris un certain nombre de risques : il a réussi à conquérir un univers hostile, le tout à la française ».

La nouveauté de l’année, c’est la création d’une catégorie « Homme Digital », et c’est Jérôme Jarre qui remporte le titre, s’affirmant ainsi comme le plus jeune lauréat du classement. « Révolution numérique oblige, il nous fallait accréditer ce bouleversement, qui témoigne d’un véritable effet de génération  », souligne Emmanuel Poncet.

Et si « les hommes sont des femmes comme les autres », la réciproque peut s’avérer vraie : GQ le prouve en sacrant Léa Salamé Femme de l’Année. « GQ a beau être un magazine masculin, il ne s’agit pas d’un club de gentlemen excluant. Nous sommes un magazine ouvert, et nous tenons à célébrer les femmes ». On apprécie. 

 


Le palmarès des Hommes de l'année 2014 par GQFrance

 

Mélanie Roosen - Le 19 nov. 2014
premium2
premium2