habillage
Un vieil ordinateur
© edwardmallia - getty

Comment la fonction publique récupère la confiance de ses administrés en digitalisant ses événements

Lyyti
Le 9 mars 2021

L’événementiel est un large secteur qui, en plus de nombreux métiers, comporte des écosystèmes de travail différents. Très prisé dans les entreprises privées, l’événementiel est également présent dans le secteur public au sein des villes, des régions, des ambassades et même dans le milieu gouvernemental.

Cependant, ce secteur reste l’un des plus concernés par les mesures restrictives prises par le gouvernement français en raison du Covid-19.

La distanciation sociale nous pousse tous à revoir nos pratiques de communication et à nous tourner vers des solutions numériques à distance afin de maintenir le lien avec, entre autres, nos collaborateurs, nos partenaires et nos clients.

S’adapter à la nouvelle ère est à l’ordre du jour

Mais pourtant, la crise sanitaire actuelle a dévoilé aussi un retard de cet effet de digitalisation dans le secteur public, et une nécessité urgente de s’adapter à la nouvelle ère est à l’ordre du jour.

C’est pourquoi LYYTI a réalisé une vaste étude sur la digitalisation du secteur public, dans laquelle de grandes institutions comme la Région Ile de France ont témoigné en partageant leur solution pour faire face à la crise.

Générer une augmentation de la confiance

En effet, le secteur public est un domaine qui gagnerait à digitaliser ses événements, car selon une étude McKinsey, une digitalisation du secteur public permettrait de générer une augmentation de la confiance de la part des administrés. Ceux-ci, satisfaits d’une fonction publique agile, sont neuf fois sur dix plus susceptibles de faire confiance au gouvernement dans son ensemble et par conséquent serait plus à même d’être actif dans l’activité événementielle.

Au-delà de l’effet confiance, la digitalisation impacterait des situations comme :

  • Les accès aux bureaux, qui seraient ouverts au public 24h / 24 - 7j / 7;
  • Gain de temps de la part des administrés à travers les interactions numérique;
  • Augmentation considérable de la productivité, réduction des arriérés et optimisation des ressources pour d’autres priorités;
  • Gain d' efficacité et suppression des tâches répétitives;

Renforcer sa cohésion

Dans certains cas, les grandes zones métropolitaines et certaines collectivités ont déjà lancé un plan de numérisation à travers, par exemple, la certification électronique et le remplissage de formulaires en ligne sur leurs sites web leur permettant d’entretenir une continuité des services même à distance.

Un axe sur lequel la digitalisation a également pris beaucoup d’importance ces derniers mois est l’événementiel. L’un des objectifs primordiaux d’une collectivité est bien de renforcer sa cohésion (interne, externe) mais aussi l’image qu’elle renvoie : que ce soit l’image de son équipe, du maire ou des élus.

L’événementiel permet d’interagir directement avec son public (les habitants/ les commerces, les entreprises...). L’événement qu’organise une collectivité est donc un très bon moyen pour animer, fédérer et surtout dynamiser et développer son territoire.

Rationaliser la stratégie et uniformiser la gestion des événements

Afin de mieux rationaliser la stratégie ainsi que la création et gestion des événements au sein du secteur public, il faut investir dans une plateforme permettant, à travers ses différentes fonctionnalités, d'automatiser et digitaliser ce processus tout en respectant les normes RGPD qui se voient être aujourd’hui une obligation dans des établissements qui traitent les données des citoyens.

L’objectif est de mieux uniformiser la gestion des événements, suivre en temps réel l’évolution des participants, minimiser les marges d’erreur en supprimant un maximum de tâches manuelles et répétitives et surtout, mesurer le succès des mêmes.


Avec plus de 100 000 utilisateurs et près de 75 000 événements organisés dans le monde, LYYTI accompagne le secteur public dans la gestion des événements tout en étant référencé chez L’UGAP.

Lyyti - Le 9 mars 2021
À lire aussi