habillage
Comment rendre une interface de musique plus intuitive ? Le cas du label de musique CDM
© Soundtrap via Unsplash

Comment rendre une interface de musique plus intuitive ? Le cas du label de musique CDM

PENCIL Park
Le 19 nov. 2020

Permettre une meilleure expérience utilisateur sur une plateforme d’écoute et téléchargement de musique demande un travail créatif conséquent. Mais comment gérer efficacement avec le créatif, les différentes étapes que ce projet nécessite ?

Faire appel à un créatif, sans brimer son instinct

L’homme est un animal social : il a besoin de communiquer pour vivre. Il en va de même pour les personnes morales : les entreprises ont, elles aussi, ce besoin. Notamment à travers leur logo, leur image, leurs visuels, leur design, leur positionnement, le print, les PLV, le web, leurs publications presse etc. À la croisée de ces médias, il y a le « créa ». Il est le garant de l’impact de la communication visuelle de l’entreprise.

Qui sont les créas ? La grande majorité est constituée par les « exés ». Ces sont des techniciens :  graphistes, vidéastes, motion designers… Les plus capés d’entre eux, les plus expérimentés encadrent les « exés ». Ce sont les Directeurs(trices) Artistiques, les « DA », les vigies des nouvelles tendances. Ils ont l’expérience et l’instinct : quel profil pour quel projet ? Ils décident en fonction d’appréciations et d’arbitrages subtils. Ce sont les « stratèges » 2D ou 3D qui ont des accointances avec le service marketing, à l’instar les chefs de projets.

Avoir en tête l’activité historique de la plateforme

Dans le cas des entreprises qui proposent de la musique d’illustration, musique qui date de l’invention du cinéma muet. Le modèle de production à toujours été simple : on noyait le secteur audiovisuel de Vinyles puis de K7 puis de CD afin qu’une ou plusieurs musiques soient utilisées et que la SACEM reverse les droits d’auteurs. Aux alentours de 2005, le support CD est devenu obsolète et, grand basculement digital, il a été remplacé par une offre basée sur des moteurs de recherche. À cette époque, toutes les entreprises de ce secteur, via leur site, proposaient un affichage en liste avec pagination, uniforme, ennuyeuse, peu pratique. L’utilisateur avait vraiment l’embarras du choix…

Réorganiser les rubriques en fonctions des usages

Le label CDM a fait appel à Pencil Park pour résoudre ce problème d’interface surchargée. L’objectif était une meilleure expérience utilisateur et un plus grand nombre de téléchargement. Après avoir étudié le secteur d’activité, leur workflow, leurs besoins, les nécessités, les « créas » de Pencil Park ont proposé une solution plus intuitive. L’interface de ce label a été redesignée sous la forme de de pistes regroupées par albums, ce qui permet un affichage plus clair. Fini de scroller indéfiniment et plus facile de faire son marché. Une solution qui a été copiée par la suite d’ailleurs. Résultat des courses, 700% d’augmentation de chiffre d’affaire en 2 ans.

Internaliser ou externaliser le créatif ? Tout dépend de la récurrence des projets

Deux possibilités s’offrent aux entreprises : internaliser ou externaliser. Externaliser permet certes de déléguer les responsabilités, de maîtriser les coûts, de comparer les devis, de gagner en flexibilité. Autre avantage, les externes sont obligés de rester « affûtés » en termes de tendances.

Mais les prestataires externes ont parfois un désavantage : la méconnaissance des subtilités de l’entreprise, de son contexte et de ses besoins. À l’inverse, internaliser présente des avantages intéressants, un meilleur suivi, une meilleure intégration dans l’entreprise, une connaissance optimale des dossiers, des process. Bien sûr, il faut les salarier. Mais sur le long terme, le pari est en général gagnant.

Assumer la prise de risque et l’intégrer dans le workflow

Travailler avec un créa, c’est accepter le lâcher-prise. Apprendre à aller à l’essentiel, savoir éviter les effets tunnel qui consistent en d’incessants allers-retours au détriment des deux parties. C’est laisser être pour cultiver l’avoir. Avoir confiance et accepter le regard professionnel. Pas facile mais payant au final. Chacun son job.

Mais ne le laissez pas s’engluer dans des allers-retours interminables assis toute la journée dans un bureau. Il est judicieux de l’emmener sur le terrain dans les réunions, les briefs, avec les commerciaux et le marketing.  Le créa, bien briefé, est un atout qui va vous permettre de gagner du temps et de l’énergie. Il va comprendre le client et/ou le client des clients et apporter sa pierre à l’édifice. Il sait comment consolider la marque, mais aussi lui donner un nouvel élan quand c’est nécessaire. Pour gagner des nouveaux terrains, ou s’adapter à un changement de paradigme, comme ces temps-ci, en période de Covid-19. Le créa est encore trop souvent le grand oublié, l’atout tombé de la manche des négos déterminantes.

C’est pourtant en partie grâce à lui que vous pourrez affiner l’expérience client, la rendre cohérente et efficace à travers tous les canaux de communication.


Pour en savoir plus sur PENCIL Park, cliquez-ici et pour plus de contenus, ici

PENCIL Park - Le 19 nov. 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.