habillage
Deux entrepreneuses qui travaillent
© Ilyuza Mingazova - unsplash

Comment la crise sanitaire a refaçonné l’entrepreneuriat

Coralie Chaufour
Le 19 févr. 2021

L’année dernière a frappé un grand coup en termes d’actualité sinistre et de bouleversements nombreux. Il a été impératif pour chaque secteur de refaçonner les méthodes traditionnelles de travail afin de s’adapter en urgence aux nouvelles attentes. Cette année marque le début d’une nouvelle ère.

Par Coralie Chaufour, Directrice Générale d'Entrepreneur First France

Les deux confinements quasi successifs ont pour de nombreux secteurs d’activités été synonymes d’un drastique ralentissement de l’activité. Les acteurs économiques qui ont su faire preuve de résilience se sont pour beaucoup fait aider de solutions innovantes portées par des startups.

Faire autant avec moins

Les retailers Brick & Mortar ont dû accélérer très rapidement leur transformation numérique afin de proposer une offre en ligne et ainsi continuer à travailler. Si les opérateurs historiques du secteur, comme Amazon, ont engrangé la plupart des bénéfices, une myriade d’entreprises plus jeunes et surtout bien plus petites ont émergé, notamment afin de soutenir et développer l’activité des PME.

De manière générale et quel que soit leur champ de compétence, les entreprises françaises ont également dû fortement se numériser, accélérer considérablement le rythme de leur adoption de logiciels et de leur transformation numérique pour permettre à leurs forces vives de continuer à travailler dans de bonnes conditions et cela même depuis la maison. Nombreuses sont celles qui ont mis en place des solutions portées par des startups permettant de communiquer en interne, de s’organiser et de collaborer à distance.

La survie de l’adaptable

Au-delà de l’interne, les entreprises ont également eu à réinventer leurs moyens de communication, dans le but de poursuivre leurs contacts avec leur communauté d’utilisateurs ou de clients. Les médias sociaux ont ici permis de toucher un très large public. Des jeunes pousses sont apparues pour aider les créateurs de contenus à construire et à monétiser cette audience, tout en explorant de nouveaux modèles économiques non basés sur la publicité.

Le secteur financier a, lui aussi, eu à se recentrer sur le client. La crise a accru la vulnérabilité financière des entreprises et des consommateurs, les startups de la Fintech ont apporté leur aide en diminuant les frictions dans les services financiers, en s'adressant aux marchés mal desservis et, surtout, en apportant un soutien aux entreprises et aux personnes dans le besoin.

L’éducation elle-même a été grandement chamboulée par l’année que nous venons collectivement de traverser. Le système scolaire traditionnel s’est vu contraint d’utiliser des solutions numériques afin de permettre aux élèves de rester chez eux tout en continuant à engranger des connaissances. Ici aussi, un large panel de solutions émanant de startups a offert la possibilité de traverser ces épreuves sans trop de dégâts sur l’éducation.

Entre bouleversement et innovation

Plus futile pour le consommateur, mais majeure pour les professionnels du secteur, la livraison de repas s’est grandement accélérée. Même si certaines questions subsistent quant à la durabilité des business models des services de livraison (marges de croissance, conditions d'emploi des employés, etc.), ils ont permis à de nombreux restaurateurs de garder la tête hors de l’eau. Ce modèle leur permet une augmentation de leur marge et pourrait redonner du souffle à tous les acteurs de la chaîne de valeur de la restauration.

Il serait finalement fastidieux d’énumérer l’intégralité des secteurs qui ont été bouleversés par l’année 2020 et les innovations qui en ont découlées. De la médecine et la psychiatrie avec l'émergence de nombreuses solutions de téléconsultations, à la supply chain avec l'avènement de nouvelles solutions permettant d’optimiser la gestion de l’approvisionnement et le niveau de stock, la quasi-totalité des secteurs d’activités ont eu à se réinventer.

2020 a ainsi été une année marquante. Les priorités des consommateurs se sont elles aussi réorientées. Une part non-négligeable d’entre eux ont vécu cette période comme un déclic et revendiquent dorénavant le statut « d’acteur », soucieux de leur environnement. Un changement que n’ont pas manqué de constater les investisseurs : la ClimateTech et les entreprises proposant des alternatives à la viande, aux produits laitiers ou même au cuir centralisent une part de plus en plus importante des investissements.

Coralie Chaufour - Le 19 févr. 2021
À lire aussi
premium2
premium2