habillage
premium1
premium1
Des récifs bleus
© David Clode via Unsplash

Pourquoi l’UX design, seul, ne peut rien ?

Idean
Le 27 sept. 2019

Mettre une organisation dans un nouvel état d’esprit en étant centré à la fois sur l'utilisateur et sur le contexte d’usage, voilà les objectifs de l’UX Design. D’ailleurs, l’expérience utilisateur est aujourd’hui la clé pour se réinventer et s’adapter en permanence à son marché.

Que ce soit pour un choix d'hébergement pour un week-end, un dîner, ou lors d'un achat d'une paire de baskets, l’expérience vécue compte parfois plus que la qualité ou le prix d’un produit ou service. Les entreprises l’ont bien compris et intègrent progressivement l’UX design au sein de leur process. Utilisé correctement, son impact peut être immense.

L’UX design permet d’être plus agile, plus performant et plus attirant sur le marché. Seulement, il ne faut pas l’utiliser seul.

Partir du besoin réel : les vertus du design thinking

Intégrer l’approche du design thinking à l’UX Design implique de rester concentré sur le problème. Problème qu’il faut définir avant de chercher des solutions. Cette discipline encourage la collaboration entre les équipes métiers et permet d’atteindre facilement et rapidement des résultats concrets.

Partir du problème met en lumière les besoins réels, les irritants et peut faire émerger les solutions appropriées. Les idées explorées sont maquettées, testées, modifiées et re-testées. Ce cycle se clôture une fois que les idées trouvées sont bien adaptées à la situation des utilisateurs finaux.

Le design thinking permet aux novices en la matière de mieux comprendre la façon de travailler des designers. Et plus, ces novices adopteront cette démarche, plus les designers seront sollicités pour répondre à de vrais enjeux ou problèmes que seuls des experts peuvent solutionner.

Un focus utilisateur de choix : design strategy

Le design strategist est un explorateur qui étudie, écoute, analyse le marché, les utilisateurs et leur environnement. Il est à l’aise à la fois sur les problématiques utilisateurs et business. Il intervient généralement sur des projets qui nécessitent d’être affinés. Son terrain de jeu est à la fois digital et non digital. Mais le design strategist maîtrise également l’art du storytelling pour présenter le fruit de sa recherche.

L’ethnographie, le social listening, les enquêtes, les tests utilisateurs… sont autant d’observations permettant au design strategist de collecter des insights pertinents. Son orientation business fait de lui un pilier des ateliers de co-conception et sessions d’alignement avec les métiers. Son approche holistique aide l’équipe à faire de la prospective et identifier des opportunités.

Il saura parfois repérer des problématiques jusque là ignorées, ou même challenger le brief initial. D’ailleurs, ses insights aideront à définir une vision et un positionnement pour le futur service, produit ou système. Il reste parfois en fil rouge lors de la phase de conception pour s’assurer de la cohérence globale du service, produit ou système défini.

Un atout de taille : le design system

En mettant en place un design system, accompagner la transformation d’un service voire d’une organisation, devient plus simple. L’agence de service design Idean l'envisage comme un ensemble vivant de guidelines, ressources, outils et codes réutilisables, capables d'aider les organisations à créer des expériences de marque cohérentes, qualitatives et compétitives.

Les design systems sont construits, utilisés et entretenus par les équipes produit, qui s'y réfèrent pour prendre des décisions quotidiennes. Ils permettent d’optimiser la communication entre toutes les parties prenantes concernées par un produit ou service.

Véritable socle de référence, le design system permet aux makers de produire de façon plus fluide. Ainsi, moins préoccupés par la mécanique de fabrication, ils peuvent collaborer plus facilement et anticiper ensemble toutes les problématiques créatives, techniques et de faisabilité. Les frustrations liées à la production s’en trouvent atténuées et le focus peut être maintenu sur le besoin utilisateur.

 

L’UX design, intégré à une démarche plus globale comportant design thinking, design strategy et design system, permet de dérisquer son projet. Impliquer les utilisateurs, prototyper, itérer, se tromper, proposer des alternatives, intégrer du feedback... donne à la solution toutes les chances d’être adoptée par ses utilisateurs cibles.

 


Pour en savoir plus sur Idean, cliquez-ici et pour découvrir leur ouvrage sur le Design Thinking, ici

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Pourquoi opposer différentes approches ? Ravi de voir un article sur l'UX sur l'ADN mais je regrette autant d'approximations... L'immersion est la base de toute démarche UX, entretien, analyse de marché, des insights ne sont en rien réservés à l'approche UX Strategy de Jaime Levy... On ne conçoit pas d'UX sans utilisateur.

    • Bonjour Cédric,

      Merci pour ce commentaire. Le propos ici est bien de souligner les complémentarités de ces différentes approches. Cela va sans dire, un UX designer ne peut pas faire son travail sans aller sur le terrain, observer la réalité de la situation et collecter les données réelles pour analyser les comportements des utilisateurs et comprendre ce qui se joue vraiment. Cette prise d’information directe est, en effet, cruciale pour s’affranchir des idées préconçues à partir d'opinions ou de croyances de nos commanditaires.
      L’approche UX strategy permet d’enrichir la réflexion en intégrant d'autres disciplines incontournables au design de nouveaux services. Elle ajoute notamment la dimension « marché » aux data collectées sur l’humain, pour identifier un terrain d’opportunités plus axées sur le volet « consommateur » qu’ « utilisateur ».

      Nous sommes ravis que cet article suscite de l’intérêt, à bientôt pour d’autres discussions !

      Bonne journée,
      Idean France

      • Bonjour Idean, Merci de votre réponse. Je pense modestement que vos précisions en réponse de mon commentaire permettront d'enrichir l'article. Je connais le professionnalisme d'Idean en la matière... ma réaction relève du fait qu'à trop vulgariser, l'approche UX est encore difficile à définir par un grand nombre d'entreprises. Mais sans doute que cela vient principalement de votre titre d'article. Au plaisir d'échanger. Bonne journée