1. Accueil
  2. Vie des media
  3. Media medium
  4. Le nu fait son retour dans Playboy

Le nu fait son retour dans Playboy

Le nu fait son retour dans Playboy
Introduction

Un an après avoir extrait la nudité de son magazine, Playboy la réintègre dans ses pages avec fierté. #NakedIsNormal.

En octobre dernier, Playboy annonçait abandonner les photos de nu, afin d’attirer un lectorat plus jeune. Le résultat : des clichés qui n’en restaient pas moins intimes, les mannequins cachant habilement ce qui ne devait être vu. Ne plus tout dévoiler, mais suggérer…

Février 2017, la marque revient sur ses positions et affirme avec fierté : « La nudité n’a jamais été le problème, car la nudité n’est pas un problème ». Cette décision a été annoncée dans un communiqué par Cooper Hefner, fils du célèbre Hugh Hefner (fondateur et propriétaire du magazine de charme) qui a repris la publication l’an dernier en tant que CEO.  Il s’agit de la toute dernière évolution créative de la marque qui consiste à rétablir la nudité à partir de du numéro de mars/avril 2017.

« Je suis le premier à admettre que la façon dont le magazine présentait la nudité était datée, mais s’en passer complètement était une erreur », a-t-il écrit dans un message posté lundi sur son compte Twitter. « Aujourd’hui, nous renouons avec notre identité et assumons ce que nous sommes. Partager ce moment avec mon père, ainsi qu’avec les lecteurs, est très spécial, d’un point de vue personnel et professionnel. Cela reflète parfaitement la façon dont la marque peut connecter toutes les générations. »

En première de couverture du prochain numéro, Elizabeth Elam, présentée comme Miss Mars. Elle pose nue, avec très peu de maquillage. On est plus proche d’une captation très naturelle, presque virginale, plus que pornographique : au placard les smoky eyes et les gloss dégoulinants rose-bonbon.

Cooper Hefner a succédé à son père de 90 ans à titre de directeur artistique l’été dernier. Il avait toujours exprimé son désaccord face à la résolution de retirer le nu de Playboy, ce qu’il considérait  être « un pas en arrière massif » d’un point de vue éditorial.

Ajouter votre commentaire