1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. Portraits de startups
  4. Portrait de startup: Phonotonic

Portrait de startup: Phonotonic

Portrait de startup: Phonotonic
Introduction
Phonotonic imagine une nouvelle manière de vivre la musique avec un objet connecté et une application qui transforment le mouvement en son. Simple, personnel, fun et accessible à tous, musiciens ou non. Interview de Nicolas Rasamimanana, le fondateur.

Nicolas Rasamimanana a suivi une formation d’ingénieur et de chercheur, puis a passé 10 ans dans l’institut de recherche l’IRCAM (Institut de recherche et coordination acoustique/musique) : là-bas, il a travaillé sur la manière de faire de la musique et la manière dont on peut interagir avec elle. Si l’IRCAM est un espace dédié aux musiciens professionnels, Nicolas Rasamimanana a voulu très vite sortir du champ pour toucher un plus grand public : « J’ai appris le violon assez jeune au conservatoire et l’IRCAM m’a permis de croiser cet apprentissage classique avec un parcours scientifique : croiser les technologies de pointe avec les technologies de captation de mouvement, et les technologies d’interaction et de synthèse sonore avec cette affinité musicale. J’ai eu l’idée d’en faire quelque chose qui sonne bien et qui soit agréable à jouer. De là est né Phonotonic et l’envie de mettre la musique à la portée de tous. », résume Nicolas Rasamimanana.

 

Phonotonic se présente sous la forme d’un objet relativement simple dans lequel un capteur est inséré. Connecté au smartphone, il crée de la musique à partir de gestes corporels en captant les mouvements et les humeurs de l’utilisateur : ces données sont ensuite transmises à une application qui les transforme en musique. Le slogan est à la mesure de l’objet : « Don’t Play Music, Be Music ».

« En utilisant Phonotonic, on renouvelle aussi l’usage qu’on a aujourd’hui de la musique. Selon la manière dont on bouge, dont on se sent sur le moment, on interagit différemment avec elle. Il s’agit d’une nouvelle manière de consommer la musique. », souligne Nicolas Rasamimanana. 

L’objet connecté peut être couplé avec Music Battle, le premier jeu interactif permettant de faire de la musique de manière intuitive grâce au mouvement. Condensé de technologie intégrant capteurs de mouvement, objets connectés, algorithmes intelligents et design d’interaction sonore, ce jeu met à la portée de tous, sans apprentissage, des possibilités d’expression musicale jusque là réservées aux  musiciens. Grâce à une application sur smartphone, tablette ou ordinateur, les joueurs peuvent ainsi évoluer dans des univers sonores complexes et diversifiés (Hip-hop, Synth-pop, Trap, Rock, etc.), seuls ou dans de véritables “combats musicaux” à plusieurs. Music Battle offre une expérience qui s’enrichit en fonction de la maîtrise des notions de tempo, de rythme, et de mélodie. Les productions musicales peuvent être enregistrées et partagées avec une communauté d’utilisateurs.

« Ce produit, on le voit comme une nouvelle manière de faire, d’écouter et de vivre la musique. En termes d’application et d’usage, le premier vecteur est le loisir, mais l’utilisation de Phonotonic peut s’ouvrir à d’autres activités du quotidien : le sport, la relaxation…, le capteur que l’on peut retirer du support peut s’insérer dans des modules de toutes tailles et être glissé dans sa poche ou sa chaussure pour plus de flexibilité. », explique Nicolas Rasamimanana. « Mon rêve serait d’assister, via Phonotonic, à une battle entre un danseur et un skateboardeur : mixer les disciplines autour d’une même passion, la musique. »

En 2014, le groupe Just4ladies a livré une performance étonnante au CENTQUATRE. Les danseuses avaient glissé la technologie dans un gant et dans une chaussure : elles dansaient sur la musique créée en dansant.

 

Si la startup a été créée en décembre 2011, elle a tout d’abord débuté par de l’évènementiel : des dispositifs étaient créés pour des artistes, des sociétés. La période juin 2013/ décembre 2014 a servi ce phase optimisation et d’industrialisation pour pouvoir produire Phonotonic sur une échelle plus large. Le premier prototype de Phonotonic  a été conçu en juin 2013. Aujourd’hui, le module est vendu 80 euros pièce, l’application gratuite : on peut le trouver en vente en ligne, en France (Citadium, Bon Marché, boulanger) en UK, à New York et au Japon. 300 points de vente à travers le monde. L’équipe Phonotonic est composée de sept personnes : la moitié est dédiée au marketing ; l’autre au développement de l’application et du moteur d’interaction.

Au début la startup était soutenue par deux incubateurs : celui du CENT QUATRE et celui d’Agoranov également Agoranov. Aujourd’hui, elle a rejoint le WAI – We Are Innovation – de BNP Paribas. La technologie Phonotonic a été récompensée lors de la Guthman Competition (2011) et exposée au MoMA à New York.

 

Ajouter votre commentaire