1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. Drôle de tech
  4. Une intelligence artificielle pour faire de la bière

Une intelligence artificielle pour faire de la bière

Bender, bébé, boit de la bière
Introduction
Carlsberg et Microsoft s’allient pour un projet incongru : créer une I.A. capable d’imaginer de nouvelles bières !

Ou quand l’amour de la bière permet des prouesses technologiques… Carlsberg, en partenariat avec l’Interdisciplinary Nanoscience Center (iNANO) de l’université d’Aarhus, s’est lancé dans un projet d’envergure : les équipes ont pour objectif de développer des capteurs capables de prédire toutes les nuances et arômes d’un breuvage, avant qu’il ne soit créé.

Une telle innovation permettrait de réduire les coûts et le temps passé à développer de nouvelles formules, en sélectionnant les bonnes combinaisons de levures grâce à des capteurs, avant de composer la bière. « Nous sommes excités à l’idée de repousser les limites de la technologie », a déclaré Jochen Förster, Directeur et Professeur du Carlsberg Research Laboratory.

 

Aujourd’hui, il n’existe aucune technologie capable de déterminer rapidement de bonnes combinaisons de saveurs, et les chercheurs-ses pensent que le projet pourrait s’appliquer à d’autres secteurs, comme l’alimentaire ou le pharmaceutique, par exemple.

Du côté des partenaires, on note la présence de Microsoft qui a fourni aux équipes des logiciels avancés en matière d’intelligence artificielle, et de l’Innovation Fund Denmark qui soutient le projet d’un point de vue financier. « Non, ce n’est pas de la science-fiction : l’intelligence artificielle peut vraiment goûter la bière. Nous collectons les données relatives au goût de la bière grâce à des capteurs chimiques. Sur la base de ces informations, nous pouvons déterminer quel type de levure peut produire une bière savoureuse », détaille Peter Kyvsgaard, Principal Sales Specialist Information Management chez Microsoft.

« Les prochaines étapes consistent désormais à valider la technologie, l’améliorer et l’appliquer à de gros volumes », conclut Jochen Förster.

Ajouter votre commentaire