1. Accueil
  2. Médias mutants
  3. Affichage et nouveaux écrans
  4. Surexposition aux écrans : comment accompagner les enfants

Surexposition aux écrans : comment accompagner les enfants

bob eponge
Introduction
Perte d’attention, troubles du comportement… les conséquences d’une trop longue exposition devant les écrans par les enfants sont connues. Des parades existent, en voici quelques-unes.

Pour éviter une surexposition des enfants aux écrans (smartphone, tablette, télévision, ordinateur), les experts recommandent de limiter l’accès à ces ressources. A l’heure actuelle, les spécialistes conseillent par exemple de réduire la durée de consultation à 1h30 par jour après l’âge de trois ans et jusqu’à six ans.

L’enjeu est de taille. Si l’on ne prend pas garde à la manière dont les plus jeunes consomment ces contenus en ligne, de nouvelles habitudes (ou éventuellement des excès) peuvent émerger. D’autant que cette nouvelle génération est celle qui sera la plus connectée. Un récent rapport de l’UNICEF précisait à ce titre qu’à ce jour, près d’un internaute sur trois dans le monde est un enfant ou un adolescent de moins de 18 ans.

Mais ce cadrage ne va pas forcément de soi. Il peut ainsi être accompagné d’outils en ligne, d’applications ou tout simplement de conseils. C’est pourquoi nous proposons un éventail de méthodes simples pour mieux vivre avec les écrans au quotidien.

Comment établir des plages horaires de visionnage ?

Pour rester maître des usages, il est primordial d’établir un régime simple et mettre en place des périodes pendant lesquelles les écrans seront ou non accessibles. Simple et efficace, l’application mobile Qustodio agit comme une sorte de contrôle parental dont l’unique but est de limiter le temps passé sur un mobile (mobile, tablette).

L’appli va donc suivre les règles que vous avez fixé en établissant des quotas d’utilisation de l’appareil. Un enfant aura ainsi accès pendant une heure à une liste de services prédéfinis (Netflix, YouTube…) mais ne pourra dépasser ce seuil. Au-delà, l’accès à Internet et aux applications (pour enfants 4 ans et plus) sera tout simplement bloqué. Gratuite dans sa version allégée, l’application est disponible en français.

Est-ce utile d’instaurer des pauses ?

Mettre en place de bonnes habitudes est primordial pour que les enfants ne s’habituent pas à rester coller derrière leur écran. L’application Dinner Plus Time (disponible sous Android et iOS) arrive à point nommé. Gratuite, elle permet de mettre en place une sorte de routine quotidienne : bloquer le smartphone pendant l’heure des repas, lors des devoirs ou pendant la sieste (ou la nuit).

Ces échéances serviront à rythmer l’utilisation de ces outils numériques et ainsi à limiter l’attention qui leur est portée. Ce calendrier est flexible et peut même être interrompu à tout moment et à distance.

Seul bémol, l’application n’est pour le moment disponible qu’en langue anglaise. Elle demeure toutefois utilisable facilement. Un effort minime pour éviter que votre enfant ne prenne subrepticement la tablette pendant la nuit…

Introducing DinnerTime (Parental Control)

Comment diriger l’attention vers des applis éducatives ?

Pour éviter de « stagner » pour la 200 ème fois sur une vidéo d’unboxing de Madame récré ou une rediffusion de Macha et Mischka en russe, il est recommandé d’orienter les enfants vers des contenus plus interactifs. Le principe est de rendre le spectateur acteur de ce qu’il regarde.

Dans ce cadre, l’application MarcoPolo Météo est un bon exemple. Elle propose de faire apprendre le fonctionnement de la météo au moyen de jeux simples comme faire tourner un moulin ou manier un cerf-volant. Au total, 3 mini-jeux permettent de partager un moment convivial devant un smartphone ou une tablette et ainsi changer le rapport de l’enfant avec ces objets.

Orienter vers des vidéos adaptées garanties sans tracking

Pour ne plus utiliser Google et ainsi recourir à un service qui proposera des vidéos adaptées à l’âge des plus jeunes, la parade existe. Elle s’appelle Qwant Junior. Version enfant du moteur de recherche éponyme, elle permet de regarder des vidéos YouTube adaptées au jeune public directement depuis les pages de résultats. Aucun traçage de l’activité en ligne n’est donc effectué et les enfants conservent toute liberté de consulter le contenu de leur choix.

A cette fonction s’ajoute également une application (iOS et Android). Qwant Junior mobile va bloquer la majorité des systèmes de traçage publicitaire. Aussi, lorsqu’une personne accède à YouTube depuis ce module, le mode restreint est activé par défaut. Cela signifie qu’il ne pourra pas accéder à une partie des contenus jugés inappropriés pour le jeune public.

Le vrai contrôle parental, c’est vous !

Tous ces outils ne doivent être qu’une aide, un soutien aux parents dont les enfants sont soumis à la présence régulière d’écrans. Il demeure primordial que les personnes en charge demeurent non seulement vigilants quant aux contenus diffusés mais soient surtout physiquement présents. Les experts recommandent de ne jamais laisser un enfant seul devant un écran.

Un conseil qui est d’autant plus vrai lorsqu’un enfant est soumis à YouTube. Le système de suggestions de vidéos peut amener les kids à regarder des contenus qui ne sont pas adaptés à leur âge. Il est donc préférable d’orienter les plus jeunes vers des plateformes fermées et contrôlées (de type Netflix) d’autant qu’aucune publicité apparente n’y sera visible.

Ajouter votre commentaire