1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. Data Content
  4. Data, la nouvelle intelligence du contenu

Data, la nouvelle intelligence du contenu

Data, la nouvelle intelligence du contenu
Introduction
Peut-on éviter le Content Shock et le naufrage éditorial des grandes marques ? Oui, avec l’intelligence artificielle ! Une tribune signée Makheia.

En 10 ans, la production de contenus des marques a été multipliée par 100. Chaque jour, 1,5 milliards de contenus divers sont produits, 2 millions de vidéos et pas moins de 140 millions de Tweets. Résultat : le Content Shock nous guette et surtout impacte toutes les marques. Comment, dans ce flux permanent, une marque peut-elle encore émerger ? Adresser le même message à tous les publics a-t-il encore du sens ? Élaborer une stratégie de contenus sans connaître les habitudes et les envies de chacun des clients peut-il encore être rentable ?

Avec le concept de Content Shock, Marc Schaeffer, blogueur américain de renom, a montré que tout est une question de temps disponible. Au-delà d’un certain seuil, quelle que soit la masse d’informations en ligne à la portée de chacun, le temps maximum qu’un consommateur va y consacrer ne va plus pouvoir s’accroître. Et ce seuil a une conséquence fâcheuse clairement identifiée : produire des contenus devient moins rentable passé ce point de saturation. D’où une sorte de triangle des Bermudes éditorial qui touche tous les émetteurs.

Content_shock

UN CONSOMMATEUR A 4 000 POINTS DE CONTACTS POTENTIELS

Quelles solutions s’offrent pour sortir par le haut de cette zone de Content Shock ? Imaginer de nouvelles formes de contenus, plus incisives, qualitatives, intelligentes et pertinentes. En accord avec les attentes des audiences de la marque. Comment ? Grâce à la data et à l’intelligence artificielle.

Dans cette quête de pertinence et d’efficacité, les apports de la data sont multiples : une performance accrue, des formats inédits (datastory, datatelling) et, surtout, une notion de service. Concrètement, l’exploitation des datas au service des contenus se fonde sur deux briques technologiques : la première consiste à agréger différentes sources de données disponibles et à les croiser afin de valoriser et enrichir le contenu initial. Avec à la clé de multiples applications possibles : mise en perspective de données ; datavisualisation et cartographies ; contenus contextuels et personnalisés ; services à valeur ajoutée ; Open Innovation autour de la marque.

PAS DE CONTENU PERTINENT SANS DATA

La seconde brique technologique est l’intelligence artificielle. Elle prend la forme de robots rédacteurs qui assurent une production automatisée de contenus (NLGNatural Language Generation). Avec un enjeu fort : atteindre une dimension industrielle pour faire sauter le verrou du coût de production des textes. Plus rapidement, plus longtemps et moins cher qu’aucun individu ne saurait le faire. Cette intelligence artificielle ouvre de nouvelles perspectives aux marques. Celles de pouvoir exploiter la donnée pour produire par milliers des contenus de qualité, engageants, personnalisés et partageables en temps réel, 24h/24, simultanément sur tous les canaux et devices : sites, plateformes digitales, mobiles, Facebook, Twitter… Cette évolution est déjà en marche. Si les robots rédacteurs font les beaux jours des médias en produisant en masse des commentaires de résultats sportifs et électoraux, leurs domaines d’interventions s’élargissent de plus en plus : prévisions météo, e-commerce, comparatifs produits, analyse de performance web/social, de portefeuilles boursiers, conseil individualisé en santé… Et ce n’est qu’un début.


Pour aller plus loin :

Ajouter votre commentaire