bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
voiture autonome drive.ai

Les 5 actus tech qu’il ne fallait pas manquer

Le 14 sept. 2017

Voitures autonomes, organes humains en 3D, navires autonomes, Blablalines, et téléphones sans batterie… retrouvez les 5 actus tech qu’il ne fallait pas manquer.

1. Le VTC Lyft déploie des voitures autonomes à San Francisco avec l'aide de Drive.ai

Principal concurrent de Uber aux États-Unis, Lyft annonce un partenariat avec Drive.ai, une startup qui développe une intelligence artificielle destinée aux voitures autonomes. L'entreprise annonce dans un premier temps un programme pilote en Californie, seul État où Drive.ai est habilité à faire circuler des voitures autonomes, dans la baie de San Francisco aux côtés des voitures traditionnelles. Mais toutes les décisions ne reviendront pas à la machine seule... en cas de risque, un conducteur formé au préalable pourra intervenir à tout moment. Distancé par Uber, qui travaille sur un parc automobile intelligent depuis 2016, Lyft rejoint à son tour les grandes entreprises qui encouragent le développement des technologies autonomes.

logos lyft et drive.ai

2. Des ingénieurs développent un gel biologique pour permettre d'imprimer des organes artificiels en 3D

Des ingénieurs de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) ont développé un nouveau gel qui, utilisé avec une imprimante 3D, est capable de synthétiser des tissus humains. L'équipe de recherche estime que la technologie pourrait résulter en une fabrication plus rapide et économique d'organes artificiels. Les scientifiques créent des biomatériaux (comme l'hydrogel) qui peuvent ensuite être utilisés avec une imprimante 3D. Réalisés avec des cellules vivantes, ces biomatériaux peuvent être imprimés et moulus sur le modèle de différents organes ou tissus.  L'hydrogel conçu par les ingénieurs de l'UBC montre déjà des résultats plus efficaces que d'autres tissus réalisés à partir de peaux de porcs et de poissons. Mais si les organes humains imprimés en 3D permettent aujourd'hui aux chirurgiens de mieux se préparer aux transplantations, aucune greffe réelle n'a encore été opérée. 

imprimante 3D

3. Blablacar lance son service de covoiturage courte distance Blablalines en Ile-de-France

Habituée aux covoiturages longue distance, la startup française Blablacar, désormais Licorne, étend son service Blablalines à Paris et sa région. Déjà expérimenté entre Toulouse et Montauban et entre Châlons-en-Champagne et Reims depuis mai dernier, l'entreprise s'attaque désormais au traditionnel métro-boulot-dodo autour de la capitale. Blablalines capitalise sur des points de rencontre, des lignes de covoiturage et surtout : des tarifs très abordables. Téléchargeable gratuitement, l'application demandera 2€ à son usager pour 30 km de covoiturage puis 10 centimes par kilomètre en cas de dépassement.

tutoriel blablalines

4. Rolls-Royce annonce l'arrivée d'un navire militaire autonome

Rolls-Royce a dévoilé un concept de navire de patrouille autonome destiné aux forces marines de 60m de long, capable d'embarquer plus de 700 tonnes de fournitures. Avec une vitesse de croisière de 25 nœuds maximum, le bateau pourra naviguer près de 100 jours et sera capable d'agir dans un rayon d'environ 6500 kilomètres. L'entreprise cherche à réduire les dépenses réalisées pour les équipages et simplifier les missions de surveillance, de déminage de mines sous-marines et de protection des flottes. Le système de propulsion électrique est alimenté... au diesel, mais de nombreuses alternatives écologiques sont envisagées à commencer par des turbines à gaz et des panneaux solaires.

concept bateau autonome patrouille militaire roll royces

5. Le programme de recherche Google Faculty Research dévoile un téléphone sans batterie alimenté par la lumière et les ondes radio

Le téléphone, crée par Vamsi Talla, prend la forme d'une fine carte et permet de passer des appels aux services d'urgence. Récompensé trois fois par la Fondation Nationale des Sciences des États-Unis, la technologie issue du programme Google Faculty Research a pu profiter de 2 millions de dollars d'investissement. Le téléphone emmagasine l'énergie des rayons du soleil mais aussi des ondes radios transmises par le relais Télécom le plus proche. Afin de passer des appels vocaux, il renvoie les ondes radios reçues à la même station après les avoir modifiées. D'après son créateur, la technologie pourrait facilement être déclinée dans la plupart des téléphones, y compris nos smartphones car les infrastructures n'ont pas besoin d'être modifiées. Vous pourriez alors passer un appel sans batterie. Avec 3 microwatts de consommation, le portable consomme 10 000 fois moins qu'un smartphone classique mais Vamsi Talla estime pouvoir aller encore plus loin en ajoutant un écran à très faible consommation e-ink. Pour un coût de production ne dépassant pas le dollar, la technologie pourrait se révéler très utile dans les pays en développement.

téléphone sans batterie autonome

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour