1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. Blockchain
  4. CryptoKitties : la blockchain fabrique des petits chats

CryptoKitties : la blockchain fabrique des petits chats

Une illustration provenant de CryptoKitties, le réseau qui permet de gagner de l'Ether grâce à des chats virtuels
Introduction
Après avoir rendu populaires les chaînes d’e-mail et fait le succès de YouTube, les chats réussiront-ils à démocratiser la blockchain ?

Aucun usage ne semble résister aux chats. Il suffit d’un coup de ronron dans une techno pour faire de celle-ci la reine du net. En sera-t-il de même pour les cryptomonnaies ?

Si vous trouviez que ces-dernières (tout comme le principe de blockchain) manquaient de clarté, CryptoKitties est peut-être l’application qui vous permettra de vous y intéresser. Cette plateforme décentralisée permet aux utilisateurs-trices d’acheter, de collectionner, de reproduire et d’échanger ou de vendre des chatons virtuels.

La valeur des chats varie : selon leur génération, leur race ou leurs caractéristiques, ainsi que leur degré de rareté.

Le principe, à la croisée de Pokémon et Tamagotchi, a tout du dernier jeu Facebook à la mode. Mais son fonctionnement est un poil plus compliqué : pour y participer, il faudra mettre les doigts dans la tech. « L’application étant décentralisée sur la blockchain Ethereum, elle n’accepte que l’Ether », nous explique Xelion, un utilisateur de CryptoKitties.

*Pour celles et ceux qui auraient besoin d’un cours express de rattrapage : la blockchain permet de transmettre une information (qu’il s’agisse d’un message, d’une transaction, …) grâce à un réseau décentralisé et indépendant. Chaque ordinateur qui participe à la transmission reçoit une petite récompense pour son travail. Ici : de l’Ether, la cryptomonnaie associée à la blockchain Ethereum. En savoir plus ici*

Une fois que vous vous êtes procuré vos premiers Ethers, vous pouvez acheter des « CryptoKitties » qui sont donc d’adorables petites bêtes, uniques et détenues à 100% par celles et ceux qui les achètent. Elles ne peuvent pas être répliquées, volées, ou détruites.

Lancée le 28 novembre, l’application éditée par Axiom Zen rencontre déjà un franc succès.

Vitalik Buterin, Fondateur d’Ethereum, a lui-même manifesté son intérêt pour le jeu :

 

De son côté, Xelion, qui investit depuis plusieurs mois dans les cryptomonnaies, explique avoir vu de nombreux internautes découvrir le sujet via CryptoKitties. « Honnêtement, c’est une bonne nouvelle : ça permet aux gens de découvrir Ethereum. Le seul souci, c’est que le réseau est assez surchargé en ce moment… » Comment expliquer un tel succès ? « Nous sommes dans une grosse bulle spéculative, où l’argent coule à flots dans le domaine des cryptos, donc cela attire le public. Le contexte cumulé à des chatons virtuels, ça ne peut que séduire ! »

Pour Bryce Bladon, Directeur de la Communication d’Axiom Zen, « rendre la blockchain accessible à l’internaute lambda » fait partie des objectifs premiers de CryptoKitties. « C’est une étape clé pour la technologie soit adoptée. Une UX (expérience utilisateur) et une UI (interface utilisateur) de qualité sont des aspects à ne pas négliger, mais éduquer les gens avec des applications pratiques – tout en capitalisant sur le pouvoir du divertissement et du jeu – sont des ingrédients tout aussi essentiels ».

S’il admet qu’au départ, il a investi sur CryptoKitties « pour rire », Xelion a pu réaliser de belles transactions. « J’avais investi 50 euros à la base, et j’ai gagné 15 ETH, soit environ 6 000 euros ». La moitié de ses gains provient de deux acheteurs chinois, qui ont acheté ses chats de la génération 0 pour 2 000 euros l’unité (pour un prix d’achat initial de 10 euros).

Outre les belles opérations financières permises, la gamification de la blockchain pourrait bien être la solution pour permettre au grand public de s’intéresser de près au sujet – qu’il s’agisse de chatons ou autres. Au vu du succès rencontré, les déclinaisons du genre pourraient bientôt déferler ! « Le potentiel d’innovation de la blockchain reste immense », conclut Bryce Bladon.

Ajouter votre commentaire