1. Accueil
  2. Rendez-vous
  3. Le Cristal Festival déménage à Courchevel

Le Cristal Festival déménage à Courchevel

Le Cristal Festival déménage à Courchevel
Introduction
Le Cristal Festival pour son édition 2013 pose ses valises à Courchevel. Pour en parler, interview de Christian Cappe son fondateur.

Pour quelles raisons le Cristal Festival déménage-t’il à Courchevel ?

Christian Cappe :  Le festival s’est placé depuis maintenant trois ans sous l’ère de l’innovation, le fait de changer de lieu en est le reflet. Comme tout produit, service ou évènement  le Festival  a besoin de se renouveler. Nous avons ressenti auprès de l’industrie publicitaire et des media français une forte demande d’installer le Cristal Festival en France. C’est un événement qui a pris naissance en France en 2001, Courchevel se prête parfaitement à la montée en gamme de la manifestation.

 

En 2012, le Cristal Festival s’était penché notamment sur la Data, quels seront cette année les thèmes forts de cette nouvelle édition ?

CC : Il y aura trois grands axes abordés cette année, le premier est lié à la création, mais à la création sous toutes ses formes  qui se doit d’associer les innovations marketing et techno. Nous aborderons tous les nouveaux modes d’expressions publicitaires car aujourd’hui, nous sommes dans une logique de forte intégration des campagnes et de nouveaux moyens de communication publicitaire.  Ces mutations ne sont pas nouvelles, mais nous nous devons de les aborder et de placer l’évènement sous l’angle de l’innovation.

Le sommet mondial dédié au brand content et au brand entertainment va prendre encore de l’essor ainsi que les deux jours dédiés à l’innovation et la Data qui s’appellent désormais Marketing Innovation et Data Forum. Nous allons d’ailleurs y intégrer un concours international qui sera lancé pour détecter les meilleures idées innovantes – ce qui permettra de partager les bonnes idées qui réinventent la relation entre les consommateurs et les marques en France et à l’international.

Pour la première fois, nous allons proposer des stands qui permettront de réaliser des démos,  car au-delà des conférences il faut du temps pour comprendre les idées.

Evidemment les réseaux sociaux seront au cœur des débats. L’innovation doit être aujourd’hui dans l’ADN de l’industrie ainsi que dans la réflexion stratégique de la communication des marques.

Nous lançons également dans le cadre du festival, Cristal Campus. Des cessions de formation seront organisées au titre de la formation permanente.

Quelles sont les personnalités présentes cette année ?

CC : Le Global Brand Entertainment & Content Summit (BECS)  accueillera Brent Poer, président de Liquid Thread; Mainardo De Nardis, CEO d’OMD Worldwide est président du jury Media ; Matt Neale, président International de GolinHarris London présidera le jury PR.

Ben Silverman revient comme beaucoup d’autres. Ils s’attachent à voir le développement de ces nouveaux modes de communication.

Nous lançons un marché de pilotes de programme de contenu de marques. L’idée est de permettre aux producteurs, à ceux qui ont des idées de programme web ou télé incluant la marque dans le contenu, de le présenter aux annonceurs et agences qui seront présents. C’est une véritable innovation.

Le Cristal Festival existe dans d’autres pays ? Avez-vous noté des tendances particulières?

CC : On a lancé un évènement au Liban qui reproduit le même concept mais avec une forte connotation culturelle liée à la région. Nous avons lancé au printemps l’Afrique à Abidjan, car c’est un marché en plein boom, qui est en train de se structurer avec des taux de croissance importants. On veut accompagner la structuration de ce marché et permettre de valoriser la création.

C’est extraordinaire, il y a un appétit de créativité, d’innovation, un esprit de conquête incroyable. On a affaire à des pionniers. En Afrique étant donné qu’internet n’est pas présent partout, le saut se fait directement sur le mobile qui lui connait un taux d’équipement fort. Ils sont donc très en avance sur l’utilisation du paiement sur mobile. Nous sommes de ce point de vue-là, en terme de volume, en retard.

 

 

 

Ajouter votre commentaire