Psycho-selfies

Psycho-selfies
Introduction
Messieurs, si vous avez peur de passer pour un être narcissique à trop poster de selfies… Rassurez-vous ! Cela peut aussi tout à fait signifier que vous avez des tendances psychopathes, selon une étude récemment menée par des membres de l’Ohio State University.

Dans leur récente étude, Jesse Fox, professeur-assistant à l’Ohio State University, et Margaret Rooney, étudiante diplômée de la même université, démontrent que les hommes qui postent plus de selfies que leurs congénères ont plus de tendances à être narcissiques. Si cela n’a rien de surprenant selon Fox, « c’est la première fois qu’une étude le prouve ». Par ailleurs, parmi les narcissiques, ceux qui passent du temps à retoucher leurs photos (en ajoutant des filtres, mais aussi en recadrant ou rognant les clichés) le sont encore plus. Pour rappel, le narcissisme, c’est cette propension à penser que l’on est plus intelligent, plus séduisant, et d’une façon plus générale « mieux » que les autres. Le tout nuancé par un sentiment latent d’insécurité.

Si l’on pouvait s’en douter, une autre mesure plus intéressante démontre que les hommes qui postent beaucoup de selfies, mais sans les retoucher, peuvent être plus sujets à la psychopathie, qui se caractérise par un manque d’empathie et de considération pour autrui, ainsi qu’une tendance à l’impulsivité.

L’étude, réalisée sur 800 hommes âgés de 18 à 40 ans, consistait en un sondage en ligne s’intéressant aux habitudes de partage sur les médias sociaux. Les participants ont également dû répondre à un questionnaire sur les comportements jugés « antisociaux » et « l’auto-objectivation ».

Les résultats de l’étude, publiés en ligne dans la revue Personality and Individual Differences et disponibles ici, révèlent que les signes d’auto-objectivation, rarement étudiés jusqu’à présent chez les hommes hétérosexuels, étaient plus élevés chez les hommes qui passent du temps à éditer leurs photos que les autres. L’auto-objectivation, qui peut avoir des conséquences désastreuses (dépression, troubles alimentaires,…) semble encouragée par les réseaux sociaux, où chacun est plus obnubilé par son apparence. Un selfie entraîne des réactions de la part de l’entourage, et celles-ci incitent les personnes sujettes à l’auto-objectivation à en poster davantage.

En conclusion, Fox rappelle que nos traits de personnalité influencent la façon de nous présenter en ligne. « Nous sommes tous préoccupés par notre existence sur internet, et la façon dont nous nous présentons peut tout à fait révéler des choses sur notre personnalité. »

Retrouvez une présentation de l’étude.

Ajouter votre commentaire