Pesticides Action Against Leclerc in France

E. Leclerc, le militant épinglé par les militants

Le 7 juill. 2016

Chez E. Leclerc les sacs plastiques non-réutilisables ne sont plus disponibles depuis 20 ans et le fait savoir tout en se faisant attaquer sur les pesticides.

Avec l'agence de publicité Australie, E.Leclerc rappelle que son combat en faveur de l’environnement ne date pas d’hier. Il y a 20 ans, l'enseigne de grande distribution avait été la première à supprimer les sacs plastiques à usage unique de ses caisses. Pour marquer le coup et asseoir son statut de précurseur la marque interpelle Madame Ségolène Royal.

Chez E. Leclerc le militantisme est porté depuis plusieurs années par Michel-Edouard Leclerc qui confiait d'ailleurs cette année au magazine Diacritik « je ne suis pas un mécène mais un militant, passionné, engagé ». Mais voilà, un militant peut très vite en rattraper un autre...

Le 7 juillet 2016 Greenpeace France porte plainte  contre la société gestionnaire du magasin E. Leclerc de Bois D’Arcy (78) pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui et violences volontaires ». En effet, le 22 juin dernier des militants de l'association s'étaient introduits dans ce magasin pour y déployer une banderole avant d'être « violemment pris à partie » précise le communiqué de l'ONG.

« Que font un boulanger, boucher, poissonnier, magasinier du magasin Leclerc à épauler les agents de sécurité sur le toit, couteaux et cutters à la main. Quelle consigne leur a été donnée ? Pourquoi le magasin et le groupe utilisent ses salariés pour empêcher une manifestation qui ternit son image plutôt que de répondre à nos demandes s’il n’a rien à cacher? »

Jean-François Julliard, directeur général de l'association Greenpeace France

Greenpeace décrit les faits comme suivant : « la réaction des agents de sécurité de Leclerc puis d’une partie des salariés appelés à monter sur le toit a été d’une violence rare, alors que les militants de Greenpeace étaient pacifiques : bousculade, menaces verbales et physiques, certains armés de couteaux ou de cutters, d’autres lançant le matériel des militants – dont des sacs de 30kg - du toit au sol au risque de blesser des clients du magasin. Un des protagonistes a même coupé une corde assurant la sécurité d’un des activistes qui a fait une chute de plusieurs mètres. Le militant a eu beaucoup de chance puisqu’il aurait pu tomber de 9 mètres si un avant-toit ne l’avait pas retenu. Il souffre de contusions, de maux à la colonne vertébrale et d’une incapacité temporaire de travail d’une journée. Une quarantaine de salariés et d’agents de sécurité étaient sur le toit pour empêcher par tous les moyens l’expression des militants de Greenpeace qui étaient au nombre de dix ».

L'ONG dit assumer ses actions pacifiques et demande des explications à Michel-Edouard Leclerc... La marque militante saura-t-elle l'être sur tous les fronts ?

© Pierre Baelen / Greenpeace

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour