1. Accueil
  2. Mondes créatifs
  3. Architecture
  4. Un gratte-ciel en suspension

Un gratte-ciel en suspension

Un gratte-ciel en suspension
Introduction
Clouds AO inverse les paradigmes de l’architecture avec un concept de gratte-ciel en suspension et en rotation autour de la Terre. Étonnante anarchitecture.

La société d’architecture new-yorkaise Clouds Architecture Office vient de présenter ce concept étonnant de gratte-ciel, baptisé Analemma Tower. Celui-ci ne reposera pas sur terre, mais sera suspendu via des câbles à un UOSS (Universal Orbital Support System), soit une orbite géosynchrone, une orbite géocentrique sur laquelle un satellite se déplace dans le même sens que la Terre (d’ouest en est) et la vitesse de rotation correspond à celle de la Terre. L’Analemma Tower ne serait pas en contact avec la surface de la Terre et selon le projet, l’astéroïde décrirait un ‘8’ au-dessus de l’Amérique du Sud et du Nord. Un cycle de rotation prendra 24 heures.

Analemma Tower
Un gratte-ciel en suspension
Un gratte-ciel en suspension
Un gratte-ciel en suspension
Un gratte-ciel en suspension
Un gratte-ciel en suspension
Un gratte-ciel en suspension
Un gratte-ciel en suspension

Pour des questions de coûts, la tour serait construite à Dubaï, plutôt qu’à New York (5 fois moins cher). « Comme cette nouvelle typologie de tour est suspendue dans l’air, elle peut être construite n’importe où dans le monde, puis transportée à son emplacement final. », précise le site.

L’extrémité inférieure du gratte-ciel abritera des bureaux et les deux-tiers de la partie supérieure des chambres à coucher. Pour les résidents des étages supérieurs, la lumière du jour durera 40 minutes de plus. La taille et la forme des fenêtres changent avec la hauteur pour tenir compte des différences de pression et de température.

Des panneaux solaires spatiaux, en exposition constante au soleil, fourniraient à Analemma son énergie à partir. L’eau serait filtrée et recyclée dans un système de boucle semi-fermée, remplie de condensat capturé à partir de nuages et d’eau de pluie. Enfin, l’installation d’ascenseurs électromagnétiques n’imposerait aucune restriction en termes de hauteur, contrairement aux ascenseurs classiques souvent contraints par un volume limité de câbles.

Selon les architectes de l’entreprise, le contrôle des astéroïdes ne relève plus de la science-fiction: en avril 2015 l’Agence spatiale européenne a annoncé le début des travaux dans le cadre du programme Asteroid Impact Mission, dont l’objectif principal est de tester les technologies qui permettront de protéger la Terre des astéroïdes dangereux. En mars 2015, il a été annoncé que la NASA avait l’intention de capturer un fragment d’astéroïde pour le transporter jusqu’à la Lune. En cas de réussite les chercheurs pourraient être capables, à terme, de contrôler et de modifier la trajectoire des objets spatiaux naturels.

8

Ajouter votre commentaire