1. Accueil
  2. Nouveaux usages
  3. L’exosquelette qui tend la main aux ouvriers

L’exosquelette qui tend la main aux ouvriers

ouvrier automobile equipe de sa veste ekso
Introduction
La robotique ne mène pas forcément au chômage de masse avant l’extinction de l’espèce humaine. Pour lutter contre la pénibilité du travail, une usine Ford a équipé ses ouvriers-ères d’exosquelettes.

Aspirateurs, ouvriers ou même journalistes, chefs d’orchestre, réalisateurs… les robots sont partout. Si leur productivité en fait une menace directe pour l’emploi, certains préfèrent voir en les machines des assistants, capables d’aider l’humain plutôt que de le remplacer.

Dans le Michigan, ancien État phare de la production automobile, une usine Ford a mis en place un projet innovant qui pourrait bien changer des choses pour la classe ouvrière.

Selon le géant de l’automobile, un ouvrier-ère sur la chaîne de montage répète un mouvement 4 600 fois par jour, et il est question ici de gestes physiques qui entraînent des problèmes de dos, cou, cervicales…

Pour tenter de minimiser la pénibilité du travail et les risques de blessures, l’entreprise s’est associée à Ekso Bionics, spécialiste des exosquelettes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat semble prometteur.

Ford Exoskeleton Technology (EksoVest)

Grâce au partenariat entre les deux entreprises, les ingénieurs-euses ont pu travailler main dans la main avec les ouvriers-ères de Ford et ainsi développer un produit adapté aux besoins de ces-derniers-ères.

L’EksoVest est un exosquelette qui se concentre sur le haut du corps, et peut convenir à des individus mesurant d’1m50 à 1m95. Véritable prouesse, la veste ne nécessite aucune source d’alimentation énergétique pour soulager celui-celle qui la porte : elle permet de porter des charges 3 à 6 kilos plus lourdes, tout en étant elle-même très légère, permettant ainsi une certaine liberté de mouvement.

Aujourd’hui, Ford songe a pousser le projet plus avant et à étendre le programme pilote à l’Europe et l’Amérique du Sud.

Aujourd’hui, nous connaissons plutôt les exosquelettes pour leur utilisation dans la rééducation physique, permettant parfois à des patients paraplégiques de marcher.

Cette technologie en pleine expansion est créatrice d’emploi et vectrice de lien social (il existe des Jeux Olympiques destinés aux personnes appareillées) on est donc bien loin du scénario d’un film catastrophe… Attention toutefois aux dérives : l’armée s’est emparée de cette innovation et développe des armures à l’épreuve des balles qui renforceraient également les capacités physique des soldats. Terminator n’est donc pas pour demain, mais pour ce qui est d’Iron Man, le doute est permis.

Ajouter votre commentaire