carrie bradshaw

Un quart des entreprises utilisent des freelances pour des missions clés

Le 26 juin 2018

Non, les travailleurs indépendants ne servent pas seulement à combler un manque de main d’œuvre ponctuel. De plus en plus d’entreprises font appel à des freelances pour des fonctions stratégiques.

Dans le cadre du programme de recherche pour la chaire SD Worx « Next Generation Work: Creating Sustainable Careers », SD Worx et l’Antwerp Management School (AMS) analyse les évolutions et les défis du monde du travail d’aujourd’hui. Quels départements font le plus appel aux freelances ?  Pour quels types de mission ?  Et pour quelle durée ? SD Worx et l’AMS ont interrogé plus d’un millier d’employeurs dans 5 pays d’Europe.

Pour répondre aux défis du monde d’aujourd’hui, les entreprises sont à la recherche de flexibilité. Mais cette agilité est difficile à trouver en interne : seulement 36% des employeurs interrogés considèrent que leurs collaborateurs ont des compétences flexibles et 46% d’entre eux estiment que leurs salariés développent des aptitudes avec l’expérience.

Les entreprises font donc principalement appel à des freelances pour des tâches hautement spécialisées. Les travailleurs indépendants se voient confier un mélange de tâches périphériques et de missions clés. En France, les entreprises font légèrement plus souvent appel à des freelances pour des missions stratégiques (29 %) que pour des tâches périphériques (27%). En revanche, les travailleurs indépendants restent majoritairement utilisés pour des missions de courtes durées : dans 28% des cas pour remplacer des arrêts maladies ou des congés et dans 35% des cas pour des missions ponctuelles et exceptionnelles.

Qui décide d’embaucher les free lances ? Etonnamment, les premiers concernés ne sont pas ceux qui ceux prennent les décisions. Les supérieurs directs et les services RH sont les moins impliqués et ceux qui ont le moins d’influence dans le processus de recrutement des freelances. Dans 34% des entreprises européennes, ce sont les Conseil d’administration qui décident. Et, dans 46% des cas, ils ne prennent même pas la peine d’informer les équipes RH d’une collaboration avec des travailleurs indépendants !

Les DRH ne sont pas seulement ceux qui sont le moins impliqués dans le recrutement des freelances, c’est aussi le service qui fait le moins appel aux travailleurs indépendants. Au contraire, en Europe, les départements informatiques sont ceux qui utilisent le plus cette main d’œuvre indépendante. Ils totalisent 36% des freelances. Les départements commerciaux et de production complètent le podium.


Méthodologie

SD Worx et AMS ont interrogé un échantillon représentatif de 1 074 employeurs sur les dans les cinq pays suivants : l’Allemagne, la Belgique, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Les répondants potentiels ont été contactés à l'aide d'un panel en ligne, l'échantillonnage reposant sur la taille et le secteur.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour