Tina Fey et Amy Poehler

Pourquoi vous devriez manger votre pop-corn avec des baguettes

Le 18 juill. 2018

Vous feriez mieux de manger votre pop-corn avec des baguettes et de boire de l’eau dans l’écuelle de votre chat. Ça rend la nourriture meilleure et c’est la science qui le dit ! Explications.

Ecrans, infobésité, surconsommation... Nos capacités d’attention sont mises à mal. Pour accrocher les clients, une marque américaine a même offert 2 000$ a ceux qui liraient son panneau publicitaire. Mauvaise nouvelle, ces problèmes d’attention concernent aussi la nourriture. La routine « Couteau, fourchette, assiette » nous empêche de réfléchir à ce qu’il y a vraiment sur notre table. Résultat : on se lasse et même nos mets préférés n’ont plus la même saveur.

Mais tout n’est pas perdu, au contraire. Les recherches de Rob Smith, professeur de marketing, à l’Université de l’Ohio et Ed O’Brien, professeur en Sciences comportementales à l’université Chigaco Booth, montrent que changer notre façon de consommer un aliment le rend meilleur. Dans le cadre de l’étude « Unconventional Consumption Methods and Enjoying Things Consumed: Recapturing the “First-Time” Experience », 68 participants ont été invités à manger les mêmes pop-corns de deux façons : avec les mains et avec des baguettes. La deuxième méthode, plutôt inhabituelle, est celle qui a provoqué le plus de satisfaction.

« Quand on mange des pop-corns avec des baguettes, on y accorde plus d’attention et on vit une expérience plus immersive. », explique Rob Smith. C’est donc ça, même pour manger, nous avons besoin d’être stimulés à coups d’expériences nouvelles. Les restaurants qui proposent de diner nus, dans le noir ou en l’air ont donc de beaux jours devant eux.

Et si les hipsters avaient raison ?

Au pays de la food, les hipsters sont les rois du concept farfelu. Tout est bon pour se différencier de son voisin. Une tendance qui n’est pas du goût de tous. Sur Twitter, le photographe Ross McGinnes s’est lancé dans une « croisade contre ceux qui servent de la nourriture sur des morceaux de bois et des tuiles, des chips dans des tasses et des boissons dans des pots à confiture. Sur le compte @WeWantPlates, le fervent défenseur des couverts et des assiettes, recense les pires idées des restaurateurs. Un dessert servi sur des serviettes hygiéniques, de la soupe dans des stilletos, des spaghettis bolognaise dans une cannette de bière… la liste est longue et a même donné lieu à la publication d’un livre.

Et si les hipsters avaient simplement trouvé le moyen de rendre la nourriture meilleure grâce à des expériences décalées ? Après le test du pop-corn, Rob Smith et Ed O’Brien ont conduit une seconde expérience. Cette fois-ci, il s’agissait pour les 300 participants de boire de l’eau. Comme pour le premier test, certains ont bu de façon traditionnelle - dans un verre – et d’autres non. Boire dans une tasse en plastique avec une paille, dans un verre à martini, dans une gamelle pour chat ou dans une enveloppe, les nouveaux modes de consommation étaient plus variés. Boire de l’eau avec une paille a montré les mêmes résultats que les baguettes avec le popcorn : une plus grande satisfaction. En revanche, l’enveloppe n’a pas donné meilleur goût à l’eau.

L’étude indique qu’il ne faut pas confondre non-conventionnel et disruption. Lorsque la méthode « innovante » gêne la consommation – comme lorsqu’on essaie de boire de l’eau dans une enveloppe visiblement-, l’effet de la nouveauté s’annule. Ross McGinnes a donc raison de s’insurger contre les robinets en guise de coquetier mais devrait être plus souple sur la panière à pain en LEGO.

Faire du neuf avec du vieux

D’après Rob Smith, si ça marche avec la nourriture, ça marche avec tout. Les chercheurs ne se sont donc pas arrêtés aux aliments. Lors d’une troisième étude, les participants ont visionnés le même film dans trois situations différentes : normalement, avec l’écran à l’envers et en plaçant leurs mains comme des lunettes autour de leurs yeux. Même résultat. L’écran inversé était trop disruptif. Mimer des lunettes avec ses mains donnait l’impression de voir le film pour la première fois et annulait l’effet de lassitude.

Pour ne pas s’ennuyer, il ne faut pas tout changer mais trouver de nouvelles façons de « consommer ». Rob Smith – qui est professeur de marketing - explique que ça fonctionne aussi bien pour les relations amoureuses que pour la publicité et les marques. Ça marche même pour la culture. Et c’est ce que fait le Louvre en présentant des œuvres vielles de plusieurs siècles sur fond de Beyoncé et Jay Z.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour