1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. Biotech
  4. Les neurosciences mesurent vos émotions en ligne

Les neurosciences mesurent vos émotions en ligne

Les neurosciences mesurent vos émotions en ligne
Introduction
Media.Figaro met une dose de sciences dans son argumentaire avec une nouvelle étude et voilà ce que ça donne.

La recherche en neurosciences par l’imagerie cérébrale permet d’identifier et d’interpréter les émotions générées par l’exposition à une information. Par « émotion » comprenez un stimulus affectif, environnemental ou psychologique. Tout l’enjeu (et la polémique qui en découle) réside dans le fait que le tout échappe au déclaratif conscient des individus.

Concrètement, vous rentrez dans l’IRMf, vous regardez les publicités présentées sur les sites de l’écosystème Media.Figaro (Lefigaro.fr, Madamefigaro.fr, L’Internaute, Le Journal des Femmes) et la machine analyse (300 000 données/sec) les zones de votre cerveau qui réagissent aux pubs diffusées.

Les neurosciences mesurent vos émotions en ligne

Chaque zone de votre cerveau activé correspond à une émotion.

Les neurosciences mesurent vos émotions en ligne

Cet exercice proposait trois typologies d’analyse : l’exposition aux contenus seuls (sans pub) , l’exposition aux sites avec publicité, l’interactivité avec la publicité.

L’étude aboutit aux grands enseignements suivants :

« Il existe une synergie entre les contenus éditoriaux présents sur les sites média et la publicité. D’une part les contenus apparaissent, pour le cerveau, comme le socle des émotions. D’autre part la publicité créé de la mémorisation. Les deux ensemble augmentent l’interactivité avec l’internaute et optimise son attention, son plaisir additif et son engagement. Plus surprenant encore, cette synergie augmente l’estime de soi.

Les sites médias génèrent plus d’émotions primaires et positives.

Il existe une explosion d’émotions plus particulière que les sites féminins génèrent une force émotionnelle, notamment l’émotion positive et la mémorisation »

Dans son étude Media.Figaro, démontre également que les sites médias du Groupe ont une plus grande force d’émotions comparée aux contenus adressés au CSP+ et aux femmes sur Facebook.

 

Si on peut être mal à l’aise avec cette position « d’humain-rat de laboratoire » pour vendre du temps de cerveau disponible, la démarche reste innovante de la part d’une régie française.

 

Pour celles et ceux désireux d’en savoir plus sur les neurosciences nous vous recommandons les classiques de Martin Lindstrom : Buyology: Truth and Lies About Why We Buy et Brandwashed: Tricks Companies Use to Manipulate Our Minds and Persuade Us to Buy.

Ajouter votre commentaire