bannière 2
bannière 2
premium1
manifestation à l'aéroport de los angeles

Les entreprises, prochaines victimes des fake news ?

Le 28 mars 2018

Elections américaines, Brexit... les fake news sont souvent au cœur de scandales politiques. Devant l’ampleur du phénomène, les fausses informations peuvent-elles faire et défaire la réputation d’une marque ou d’une entreprise ? Une étude Viavoice pour Syntec Conseil en Relations Publics.

Personne n’ignore que les informations erronées qui circulent sur Internet et les réseaux sociaux peuvent avoir de lourdes conséquences sur la politique. Mais le terme « fake news » est encore peu utilisé pour parler des marques et des entreprises.

L’étude Viavoice pour Syntec Conseil en Relations Publics annonce cependant que 9 Français sur 10 pensent que les fausses informations peuvent aussi avoir un impact sur la réputation d’une marque.

89 %
Pour 89 % des Français, les rumeurs et fausses informations peuvent avoir un impact important sur la réputation d’une entreprise.

 

Malheureusement, au jeu des fake news, être conscient n’empêche pas de se faire berner. Ainsi, 31% des sondés déclarent être déjà tombés dans le piège d’une fausse information concernant l’actualité politique. Ils ne sont en revanche que 20% lorsque les rumeurs concernent une entreprise ou son dirigeant.

L’étude révèle cependant que les personnes interrogées considèrent que les personnalités politiques sont les plus susceptibles d’être victimes de fausses informations. Une attention moindre est peut-être accordée aux contenus sur les entreprises ou leurs dirigeants puisque seulement 14% des Français imaginent la réputation de leur marque préférée mise en péril par des contenus mensongers.

les organisation les plus exposées aux fake news

source : viavoice

En politique comme pour les entreprises, le fléau des fake news est amplifié par les réseaux sociaux et les 46% des Français qui les utilisent souvent ou très souvent. Et malheureusement, les humains sont plus doués que les robots pour répandre les rumeurs. Un quart des sondés déclarent avoir relayé une information qui s'est ensuite révélée fausse sur l’activité d’une entreprise à leurs proches ou leur réseau.

Sans grande surprise, l’étude annonce que les réseaux sociaux sont les champions des rumeurs et des mensonges. Les sondés sont 49% à avoir été confrontés à des fake news sur les réseaux sociaux. Les sites d’informations exclusivement sur Internet ne sont pas en reste et ont relayé des informations erronées à 36% des internautes. La radio semble être moins sujette au problème avec seulement 22% des personnes interrogées qui affirment avoir entendu de fausses informations.

Les marques, les entreprises et leurs dirigeants ont donc tout intérêt à veiller à leur réputation en ligne.


Methodologie

Interviews effectuées en ligne du 6 au 13 février 2018 auprès d’un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus. Représentativité par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession, région et catégorie d’agglomération.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour