tunnel illusion d'optique

Un cerveau ça trompe énormément...

Le 17 mai 2017

Faux souvenirs, illusions, conformisme... 10 biais cognitifs, mécanismes de pensée profondément ancrés en nous, qui faussent nos jugements et trompent notre cerveau.

L’effet « Barnum »

Vous avez tendance à considérer que l’horoscope que vous proposent les journaux ou les tests de personnalité correspondent à ce que vous êtes ? Vous êtes alors une des nombreuses victimes de l’effet « Barnum », appelé également l’effet « Forer » : une technique de manipulation qui conduit un individu à inconsciemment écarter les descriptions inexactes pour ne considérer que celles qui lui conviennent.

La dissonance cognitive

Se dit lorsque la réalité est en contradiction avec les croyances d’un individu. Cela crée alors un inconfort psychologique qu’il cherche à réduire. Léon Festinger, auteur du concept, donne l’exemple d’un gourou qui avait prédit la fin du monde. Lorsque les prédictions se trouvèrent démenties par les faits, ses fidèles, au lieu de se détourner de leur gourou, renforcèrent leur croyance et les liens qui les unissaient. Trop investis dans leur foi, il était trop difficile pour eux d’en changer.

Le conformisme ou l’effet « Asch »

Vous pensez être maître de votre libre arbitre ? N’en soyez pas si sûr. L’expérience de référence dans ce domaine menée par Solomon E. Asch en 1951, démontre l’importance de l’influence sociale : un groupe de personnes étaient invitées à participer à un test de perception visuelle. Toutes étaient complices de l’expérimentateur, sauf une, placée de façon à être la dernière à répondre aux questions posées. Conclusion : quelles que soient les réponses données, le « cobaye » s’y conformait.

La paréidolie

Qui n’a jamais vu la marque du diable dans son marc de café ou le visage du Christ dans une ombre portée ? Il s’agit d’une paréidolie : une illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale. Cela explique les nombreuses apparitions aperçues sur les photos de Mars cet été. À noter que les paréidolies peuvent être également auditives.

Les corrélations illusoires

Vous avez remarqué ? Lorsque vous devez prendre la voiture, impossible de trouver les clés de voiture. Vous prévoyez un pique-nique, normal il pleut le jour J. Vous êtes en retard, les suicidés se sont donné le mot sur la ligne de métro… Coïncidence ou incidence ? Rien de tout cela : ce sont des corrélations illusoires : l’esprit associe un lien de cause à effet entre deux choses n’ayant, en réalité, aucun rapport entre elles.

Les prophéties autoréalisatrices

Une personne vient d’intégrer votre société et vous la trouvez sèche et hautaine. Vous évitez donc de lui parler, vous la fuyez. En conséquence, la personne va se sentir indésirable et se mettre à l’écart, devenir distante… C’est le type même d’une prophétie autoréalisatrice : elle se produit lorsqu’une croyance a modifié des comportements de telle sorte que ce qui n’était que croyance devient réalité.

Le biais rétrospectif

Vous hésitez à prendre votre parapluie et, une fois dehors, il se met à pleuvoir… Là, vous pensez : « Quel idiot…, je le savais. » Vous jouez au Trivial Poursuit, impossible de trouver la réponse, jusqu’au moment où l’on vous donne la solution : « J’en étais sûr, je le savais. » Typique. Et non vous ne saviez pas qu’il pleuvrait, sinon vous auriez pris votre parapluie, et non vous ne connaissiez pas la réponse sinon vous l’auriez indiquée… Vous avez tendance à surestimer la prévisibilité d’un événement hasardeux une fois celui-ci apparu.

La cécité d’inattention

Avez-vous déjà passé le test du gorille invisible sur Internet ? On vous demande de compter le nombre de passes effectuées par les membres d’une équipe pendant un match de basket. Résultat : vous restez bloqué sur les joueurs et comme la majorité vous n’avez pas aperçu un gorille qui traversait la scène de droite à gauche en se frappant la poitrine avec ses poings. Ce test illustre la limite de nos ressources attentionnelles.

Les faux souvenirs

Souvenir refoulé, souvenir inventé, peut-on se fier à la mémoire ? Mi-février, s’est ouvert à Paris le procès d’une thérapeute accusée d’avoir manipulé la mémoire de ses patients. Celle- ci s’est doucement mais sûrement immiscée dans la vie de ses patients et leur a fait la révélation d’un supposé souvenir jusqu’ici enfoui, et le leur a présenté comme la source de tous leurs maux. Une ancienne patiente en est ainsi arrivée à dénoncer un réseau de pédophiles, persuadée d’y avoir elle-même participé.

La croyance en la justice du monde

La croyance en un monde juste a été définie comme la tendance à considérer que « les gens obtiennent ce qu’ils méritent et méritent ce qu’ils obtiennent ». En d’autres termes : « Chacun reçoit ce qu’il mérite et mérite ce qui lui arrive. » Cette croyance en un monde juste peut altérer notre jugement et nos réactions, au point de nous pousser à blâmer et à dévaloriser des victimes pourtant manifestement innocentes : cela peut s’appliquer aux personnes violées ou malades.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour