bannière 2
premium 1
premium 1 mobile
Les personnages principaux de Caméra Café

France : on préfère de beaux bureaux à des bureaux proches de chez soi !

Le 6 avr. 2018

À l’heure où le bien-être au travail prend de plus en plus de poids dans le recrutement, les entreprises s’interrogent : qu’est-ce qui motive les employés et comment adapter le lieu de travail en fonction ?

Les tâches accomplies au travail et le salaire restent des préoccupations essentielles en entreprise, mais de nouveaux enjeux font leur apparition. Parmi ceux-ci : l’aménagement du lieu de travail ! Une étude menée par Toluna pour Interface s’interroge sur la meilleure façon de concilier bureau et fidélisation des talents.

Montre-moi tes locaux, je te dirai dans quel type de boîte tu bosses

L’agencement des bureaux et espaces de travail devient un vrai sujet en entreprise, notamment en période de recrutement : 46% des personnes interrogées estiment que l’aménagement des locaux pourrait faire pencher la balance si elles devaient choisir entre deux emplois (à poste égal). Elles sont d’ailleurs 34% à penser qu’il s’agit d’un élément révélateur de la culture d’entreprise.

Le télétravail n’étant pas encore pratique courante, du moins en France, le lieu de travail revêt une importance toute particulière : 60% des individus ayant participé au sondage estiment que le lieu et l’aménagement de leur bureau sont un vrai atout pour se sentir bien, être motivé et avoir envie d’y rester. Un critère qui semble bien plus important que la proximité entre le bureau et le logement, puisque seuls 29% des répondants le plébiscitent.

Le babyfoot reste un fantasme plutôt qu’une réalité

La salle de détente a encore de beaux jours devant elle ! Les incontournables cafétéria ou coin cuisine font partie du décor (65% des Français et Françaises déclarent que leur lieu de travail en est équipé), tandis que de plus en plus d’espaces sont dédiés au repos ou à la détente (51%).

Côté nature, 24% des personnes interrogées peuvent accéder à un espace vert (jardin ou cour intérieure) ou d’un balcon.

Parmi les clichés made in Silicon Valley, la salle de jeux reste plus un fantasme qu’une réalité : 6% déclarent en avoir une au travail (et seuls 5% aimeraient en disposer) ! Un score moins élevé que les salles de sport, dont profiteraient 10% des travailleurs et travailleuses en France.

Le flex office : vraie tendance ou mode passagère ?

Alors que l’open space n’a pas totalement enterré le bureau individuel et fermé (47% des Français et Françaises disposent encore de leur propre espace contre 35% qui travaillent dans un espace ouvert), le « flex office », qui vise à ne pas imposer de bureau attitré aux équipes et très prisées par les entreprises ne s’impose pas du tout ! 7% des personnes interrogées l’ont adopté. Un constat qui peut s’expliquer par les modes d’implémentation et de explications parfois insuffisants. Dans une enquête publiée en mars 2018 sur les difficultés à faire cohabiter les générations, une employée d’un grand groupe de construction témoignait. Alors que son entreprise avait laissé le choix aux employé.e.s de passer en bureau mobile ou de garder un poste fixe, « au-delà de 35 ans, tout le monde ou presque est resté en fixe sous prétexte que ça avait toujours fonctionné ainsi, que c’était plus confortable (…). Personne n’a pris la peine d’expliquer les enjeux de la démarche. Forcément ça crée des oppositions ».

Une tendance confortée par les chiffres de l’étude, qui explique que 51% des 18-34 ans seraient très intéressés par de tels aménagements.

Quand on les interroge sur ces nouveaux modes d’organisation, les Français et Françaises déclarent à 37% que c’est une évolution nécessaire pour être en phase avec les tendances de l’emploi aujourd’hui : plus de flexibilité et de bien-être. Parmi les freins évoqués, on retrouve la grande inconnue de la productivité (26%)…

 

Commentaires
  • Pas possible d'avoir un lien vers l'étude pour avoir les détails du genre "étude menée sur xx personnes" ? Elle n'est pas trouvable sur les internets...

  • Sur le flexoffice "Personne n’a pris la peine d’expliquer les enjeux de la démarche."
    Forcément quand la démarche est de densifier l'occupation pour gagner des mètres carrés (comme pour l'openspace en son temps) c'est difficile de le justifier

  • Ministère des finances : un service a refusé de prendre des locaux au CISIRH sous prétexte d'OPEN SPACE ! Dommage cela aurait fait des économies... et le CISIRH est à deux pas de Bercy. Certains travailleurs sont un peu trop gâtés tandis que d'autres n'ont pas le choix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour