bannière 2
premium 1
premium 1 mobile

Comment les jeunes voient-ils leur avenir professionnel ?

Le 8 sept. 2009

Résultats de l’Étude issue de Consojunior : les jeunes croient dans le travail et 70% d’entre eux sont "plutôt optimistes".

Consojunior scrute pour la première fois les préoccupations, attentes et espoirs des moins de 20 ans vis-à-vis du monde du travail. Ils sont les premières victimes de la crise : horizon bouché, conjoncture défavorable à l’entrée sur le marché du travail, perte de sécurité de l’emploi… un discours que les jeunes entendent continuellement. Dès lors, comment les moins de 20 ans appréhendent-ils leur avenir ?

La priorité : un travail intéressant et une qualité de vie professionnelle
Dès 13 ans, la moitié des jeunes se sent réellement concernée par le travail, mais cette préoccupation n’est pas véritablement anxiogène. Même si le nombre des pessimistes augmente avec l’âge, la très grande majorité des jeunes (70%) se dit "plutôt optimiste" vis-à-vis du travail.

Dans une situation de l’emploi tendue, les jeunes s’intéressent d’abord au contenu du travail et recherchent en priorité une qualité de vie professionnelle : un travail intéressant et une bonne ambiance.

 

 etudes 0811

 

Toutefois, entre "Optimistes" et "Pessimistes", les intérêts divergent et chacun choisit son camp. Les premiers privilégient la prise d’initiative, la promotion, la valorisation sociale, alors que les "Pessimistes" s’attachent au confort et  à la sécurité de l’emploi.

Catherine Ducerf, Responsable de Consojunior, Pôle Media et Consommation TNS media intelligence analyse : «les jeunes d’aujourd’hui font preuve d’une grande maturité dans la réflexion sur leur avenir : leurs attentes sont relativement proches de celles des adultes avec un fort besoin de reconnaissance sociale. Il est intéressant de voir que des notions plus matérialistes comme "avoir un bon salaire" sont secondaires dans leurs préoccupations. »

Les aspirations des Filles et des Garçons divergent en matière d’emploi
Dès 8 ans, les garçons aspirent au respect de leur rythme de travail, une exigence qui se renforce avec l’âge. Les garçons attendent en priorité du travail la réussite individuelle et la promotion. Ils privilégient le salaire et l’indépendance vis-à-vis d’un patron.

Du côté des filles, les attentes sont liées à l’ouverture sociale et culturelle (travail à l’étranger, rencontres,…). Les filles semblent s’impliquer plus tardivement que les garçons dans le monde du travail. Elles s’approprient alors de plus en plus les traits dominants des garçons : pouvoir et fierté professionnelle.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour