steve carell dans the office

Chatbot : les RH ne savent pas vraiment ce que c’est mais ils y croient

Le 17 mai 2018

Après un premier volet sur l’utilisation des chatbots par les marketeurs, l’Observatoire des Chatbots créé par Do You Dream Up dévoile son étude sur les directions RH.

Dans le marketing, on voulait des chatbots mais ne savait pas pourquoi. Dans les ressources humaines, on n’en sait pas plus mais on croit quand même à l’avenir des assistants conversationnels.

L’éditeur de chatbots Do Your Dream Up, à l’origine de l’étude, l’a déjà constaté : seulement un quart de ses assistants de conversations sont développés pour les services RH. Les autres servent des besoins marketing ou de relation client.

Et ça ne risque pas de changer ! Par désintérêt ou par manque d’information, les RH n’envisagent même pas de déployer un chatbot dans leur entreprise.

23 %
des RH examinent la possibilité de développer un chatbot dans leur structure
Ils sont encore un peu moins (20%) à savoir ce qu’est un chatbot et à quoi ça sert. Pas très étonnant, donc. Pire encore, 43% des professionnels des ressources humaines ne connaissent pas du tout cet outil.
Ok, les directions RH ne savent pas bien ce que sont les chatbots. Mais ça ne les empêche pas de penser que c’est le futur de leur profession. 68% d’entre eux affirment que les assistants conversationnels vont se généraliser à l’avenir. Ceux qui travaillent dans des PME en sont persuadés à 75%.  Pour quoi faire ? 65% des sondés pensent que les chatbots sont positifs pour l’image de marque en général et bénéfiques pour la marque employeur. Bye bye, les Intranets, un peu plus de 3 personnes interrogées sur 5 voient les chatbots comme les réseaux internes de demain.

Les directeurs des ressources humaines sont surtout convaincus de l’utilité de ces nouveaux outils pour améliorer le recrutement. Un tiers des professionnels des RH pensent même que les assistants conversationnels seront de meilleurs recruteurs que les humains.

En revanche, les rares RH qui ont mis en place un chatbot (et savent donc normalement de quoi il s’agit) en sont plutôt satisfaits. Ils ne sont que 6% mais ils octroient une note moyenne de 6,6/10 à leurs nouveaux outils. Deux répondants, très mécontents, ont attribué une note de 1/10 à leur chatbot.
 


Méthodologie

L’Institut Occurrence a réalisé cette première étude entre le 15 et le 30 mars dernier auprès de 303 professionnels des RH situés en France, à Paris, en Ile de France et en régions. Toutes les tailles d’entreprise sont représentées ainsi que toutes les fonctions RH, dont des fonctions de direction (12%), des responsables (50%) et des fonctions opérationnelles (38%). La marge d’erreur maximale est de +/- 6 points (i.e. pour un résultat obtenu de 50%, il faut considérer que le résultat certain se situe entre 44% et 56%)

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour