video facebook

A quoi pensent les nouveaux pros du marketing ?

Le 20 avr. 2018

Multiplication des influenceurs sur les réseaux sociaux, scandales sur la protection des données personnelles, avènement des contenus vidéos sur Internet, les nouveaux professionnels du marketing doivent faire face à de nombreux défis. Qui sont-ils ? Comment envisagent-ils leur profession ? Une étude Rakuten Marketing.

Tous les marketers ne se ressemblent pas et l’étude Rakuten Marketing en distingue quatre grands profils :

  • les Explorateurs, tournés vers les nouvelles technologies de marketing pour gagner de l’autorité dans leur fonction
  • les Promoteurs, spécialistes de l’influence avec une très bonne fibre relationnelle
  • les Agiles, captivés par l’efficacité et l’optimisation
  • les Pragmatiques, obsédés par la conformité à la réglementation et les sources de donnée

Les nouveaux pros du marketing, fraichement arrivés sur le marché du travail, sont à 50% des Explorateurs. Les Promoteurs totalisent 31% de la population des marketers alors que les agiles comptent pour 11%. Les plus rares sont les Pragmatiques qui ne constituent que 8% de la profession.

Veiller à la dépense

Qu’ils soient explorateurs, promoteurs, agiles ou pragmatiques, la priorité des marketers est le budget. 26% d’entre eux estime que leur enveloppe marketing est gaspillé à cause de mauvaises stratégies. Les promoteurs sont même 28% à avoir peur de jeter l’argent par les fenêtres.

Les professionnels du marketing sont donc 75% à être prêts à déplacer leurs dépenses publicitaires d’une plateforme à une autre si cette dernière leur offre de meilleures performances en termes de reach. Une tendance qui fait écho à l’augmentation des investissements des annonceurs sur le réseau social Instagram aux dépens de Facebook.

Voir grand et loin : l'International en avant toute !

Tous profils confondus, les marketers d’aujourd’hui misent sur l’international et le commerce sans frontières. Ils ne sont plus que 48% à considérer le marché local comme une priorité. A l’exception, des pragmatiques qui sont 56% à concentrer leurs efforts dessus.

En France, 72% des professionnels du marketing s’intéressent au marché européen. Les marketers français s’intéressent plus aux marchés de l’Afrique (11%) et du Moyen-Orient (12%) que leurs homologues allemands, américains, britanniques et asiatiques.

Faire face aux défis et surtout aux attentes clients

Scandales sur la protection des données, mise en application du RGPD, le monde du marketing est confronté à de nombreux défis et les professionnels du domaine doivent s’adapter et vite, au risque de perdre des clients.

Ce sujet est l’une des préoccupations majeures du secteur. Pour 58% des Agiles, l’évolution des attentes des clients est la plus grande menace à laquelle ils sont confrontés. Pour faire face à ces nouveaux challenges, les Explorateurs utilisent les nouvelles technologies et sont 36% à investir dans la voix et 28% à s’intéresser à la réalité virtuelle. Les marketeurs français (39%) et singapouriens (55%) sont les plus attirés par cette nouvelle technologie alors que leur collègues allemands (19%) la délaissent.

La VR et la voix qui arrivent, mais c'est la vidéo qui remporte la mise

Alors que les contenus vidéo envahissent sur les réseaux sociaux, la vidéo remporte, sans surprise, les faveurs des nouveaux marketers.
59 %
des professionnel du marketing préfèrent les contenus vidéo
Assez logiquement, les Explorateurs sont les plus nombreux à investir dans cette forme de contenu avec près de deux sur trois qui misent sur la vidéo. Les Promoteurs, spécialiste de l’influence et experts en relationnel, s’intéressent aussi de près à ce format et 56% d’entre eux prévoit des dépenses publicitaires pour la vidéo aux dépens des contenus écrits.

Malgré les influenceurs qui se multiplient sur YouTube ou Instagram, les professionnels interrogés ne comptent consacrer que 6% de leur budget aux marketing d’influence. Les Agiles, captivés par les outils de tracking, sont moins frileux à investir dans ce domaine et ont l’attention d’y consacrer jusqu’à 7,5% de leur budget.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour