1. Accueil
  2. News Business
  3. Campagnes
  4. Bescherelle ta mère !

Bescherelle ta mère !

Bescherelle ta mère !
Introduction
Un justicier de l’orthographe frappe depuis deux semaines sur internet. Drôle et l'injure au bout du clavier, il crée le buzz et a piqué au vif la curiosité des éditions Hatier.

Le fondateur du compte Twitter @Bescherelle, à l’origine baptisé « Bescherelle ta mère », puis «Je corrige bordel », se donne un malin plaisir à traquer les fautes d’orthographe ou coquilles dans les tweets, en vue de les dénoncer par la suite. Une correction 2.0. qui s’accompagne de mots salés comme « putain » ou « enculé » pour les plus raffinés que l’on puisse citer. Néanmoins, malgré cet aspect injurieux, la formule plaît et les internautes en redemandent : si bien qu’après s’être attaqué aux tweets d’anonymes (et on imagine la quantité de travail à faire valoir en qualité de correcteur), ce justicier des réseaux sociaux n’a pas hésité à s’attaquer à des personnalités comme Nadine Morano, Kev Adams, Morandini et même des media comme TF1, le Nouvel Obs, Metro, RTL, pour ne citer qu’eux.

Aujourd’hui le compte @Bescherelle est suivi par pas moins de 14 900 followers et pourtant sa création est récente : trois semaines tout au plus.

Un engouement pour la correction, sous couvert de l’utilisation de la marque Bescherelle, qui a suscité la curiosité des éditions Hatier. Selon Camille Cordonnier, Directrice Marketing Parascolaire et Jeunesse des éditions Hatier, la société a tout d’abord été très gênée par les propos injurieux sans cesse utilisés sous couvert du Bescherelle, marque éducative et matrimoniale, mais s’est très vite rendue compte que le concept était assez drôle.

La société a contacté le « justicier », en lui demandant de mettre de l’eau dans son vin question quolibets, afin qu’il puisse continuer d’utiliser la marque; le but n’étant pas de faire disparaître le compte mais pourquoi pas, de continuer à coexister. Elle a même pensé à un moment le recruter en tant que community manager : il faut dire que, effet du sort ou hasard, les éditions Hatier avaient pensé ouvrir leur compte Twitter la semaine dernière, en marge de leur compte Facebook (67 800 followers) et que l’apparition de ce faux compte avait tout retardé.

Toujours est-il que cette idée de le recruter en tant que community manager a vite été oubliée. Selon Camille Cordonnier,  les éditions Hatier et le « justicier » sont toujours en pourparlers : « Si on trouve un terrain d’entente, nous accepterons de le laisser utiliser la marque mais pas avec le @Bescherelle qui est le nôtre et que nous allons utiliser pour notre animation, mais avec autre chose qui du coup ne soit pas officiel. Qu’il devienne notre community manager, on y a pensé, on en a parlé, mais je pense que la ligne éditoriale qu’il adopte est drôle telle qu’elle est. Nous on ne pourrait pas aller aussi loin que ça, on ne peut pas attaquer des personnalités politiques, ou des marques, ce n’est pas dans l’ADN de Bescherelle d’être aussi provoc: donc ce serait beaucoup trop de contraintes pour lui dans tous les cas, et pour nous, ce ne serait pas forcément complètement satisfaisant.  En revanche, c’est vrai que c’est drôle comme c’est là. Donc pourquoi pas le laisser continuer, mais indépendamment de nous, à condition de respecter certaines règles éthiques. Nous on va mener notre petit bonhomme de chemin avec une ligne plus bienveillante et préventive. »

Le compte Twitter officiel de Bescherelle devrait être lancé en fin de semaine. Il se pourrait que les éditions Hatier passent un accord avec le « justicier » pour qu’il leur fasse un peu de publicité sur leur compte. Affaire à suivre donc…

 

Ajouter votre commentaire