actu_21999_vignette

PikiChat, le Snapchat made in France

Le 10 juin 2014

Ils ont à peine 26 ans, Adrien Dulong et Rémi Bardoux viennent de lancer PikiChat, un réseau social conçu en sept jours.

 

Ils se sont rencontrés sur les bancs d'une école d'ingénieur, Adrien Dulong a poursuivi son parcours chez HEC avant d'intégrer le pôle innovation de Canal+, quant à Rémi Bardoux, il fait ses premières armes chez PriceMinister, puis chez Beezik.

Il y a un mois, les deux amis se sont lancés le défi de développer une application mobile en 7 jours et sans budget. C'est donc enfermés à la campagne, qu'ils ont pensé, conçu et codé PikiChat.

Ils sont jeunes et partageurs car durant le processus de création, les co-fondateurs ont mis en ligne tous les outils et enseignements dont ils ont eu besoin pour créer leur appli. C'est ainsi qu'a surgit le hashtag #Howtobuildanappinoneweek. Pour aider les entrepreneurs dans l'âme à créer leur appli, ils mettent ainsi en ligne dans quelques jours la page "PikiChat The Full Story".

PikiChat permet de créer des groupes avec ses amis et partager des photos sur lesquelles il est possible de dessiner et écrire. Chaque photo postée efface la précédente. Le dernier membre du groupe à avoir posté prend ainsi le lead du groupe, ce qui selon les deux créateurs, poussera les autres à renchérir.

"La force de Pikichat, c’est de prendre le contre pied des autres réseaux, comme Facebook ou Instagram, ou chacune des photos postées est soigneusement choisie et esthétisée. Avec Pikichat, place à l’instantanée, à l’irréfléchi, au naturel, car quoi qu’il en soit, votre photo ne sera vue que par les membres de votre groupe et ne durera que quelques instants. " précisent Adrien Dulong et Rémi Badroux.

Outre la création de groupes différents (amis, collègues, couple,...), le réseau social propose de poster ses photos de façon anonyme afin pimenter les échanges. La vanne et les blagues ont encore de longs jours devant eux!

L'ambition en termes de nombre d’utilisateurs est d'obtenir 20.000 utilisateurs en moins de 15 jours. Concernant le modèle économique, si l'application est gratuite, Adrien Dulong et Rémi Badroux prennent leur temps:   "L’idée est tout d’abord de bâtir une communauté solide autour de l’application. Une fois la communauté établie nous pourrons définir l’usage exact de nos utilisateurs et donc mettre en place la monétisation là où elle serait le plus cohérente (version premium avec nombre de groupes infinis, achat de crédits pour afficher les anciennes photos, etc.). Ou bien d’ouvrir les groupes publics et donc de permettre à des annonceurs de créer leurs propres groupes avec leur propre communauté."

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour