actu_19524_vignette

Intermarché s'enlise en eaux troubles

Le 20 juin 2014

Le Parlement européen a tranché : la pêche en eaux profondes ne sera pas interdite. Une décision qui n'empêche pas Intermarché de boire la tasse sur les réseaux sociaux et de voir grandir le boycott de son rayon poisson.

Le 10 décembre, le Parlement européen a rejeté, à 342 voix contre 326, le vote pour l’’interdiction du chalutage profond et des filets maillants de fond au-dessous de 600 mètres dans les eaux européennes et dans l’Atlantique Nord-Est. Un coup dur pour l’association Bloom qui lutte contre la pêche profonde et s’évertue à dénoncer les supermarchés français qui exercent cette pratique. Début juin, Bloom avait par ailleurs dévoilé un classement 2013 exhaustif qui plaçait en tête Intermarché.

« Intermarché, qui possède la plus grande flotte de chalutiers profonds industriels de France, est l’acteur de la grande distribution le moins éco-responsable et se situe de façon non surprenante en queue du classement. Pourtant, la note attribuée à Intermarché ne prend pas en compte le fait que le groupement des Mousquetaires possède des navires engagés dans la méthode de pêche décrite par les chercheurs comme la plus destructrice de l’histoire. »

Une déclaration qui aurait pu faire office d’un coup d'épée dans l'eau, si l’association, à l’approche de la décision du Parlement européen, n’avait lancé une campagne via Fishlove : Gillian Anderson, Jean-Marc Barr, Thomas Dutronc, Kenzo, Aure Atika et Claire Nouvian (responsable de l'association Bloom) se sont déshabillés pour  mettre à nu les vérités sur la pêche en eaux profondes. Le photographe Denis Rouvre succède ainsi à Rankin qui avait déjà signé une série de photos du genre en 2011 et à Alan Gelati en 2012. Ils avaient shootés en Angleterre des personnalités comme Lizzy Jagger, Jerry Hall, Terry Gilliam, Sir Ben Kingsley, Mélanie Laurent, Richard Branson et beaucoup d'autres.

En sus, Bloom a eu la brillante idée de s’associer à Pénélope Bagieu. Cette illustratrice s’est en effet fendue d’un billet et d’une bande dessinée sur son blog : elle présente, à sa manière, les dérives de la pêche profonde et appelle à signer la pétition de Bloom en faveur de son interdiction. A ce jour, 764 802 signatures ont été recueillies et de nombreux appels au boycott d’Intermarché fleurissent sur les réseaux sociaux. C’est le cas notamment des pages Facebook  "Je boycotte Intermarché aussi longtemps qu'ils défonceront les fonds marins",  "Pour le boycott d’Intermarché." . Une publicité dont se passerait bien la chaine avant les fêtes de fin d’année.

En attendant la Scapêche, filiale d’Intermarché, vient d’annoncer qu’elle se donnait 5 ans pour réorienter son activité et arrêter le ciblage des espèces profondes. Ces 10 derniers jours, deux des principaux distributeurs français, Casino et Carrefour, ont annoncé l’arrêt de la vente d’espèces profondes.

Selon Bloom : « Le chalutage profond a été unanimement reconnu par la communauté scientifique comme une aberration écologique pourfendant tous les principes de préservation de l’environnement, de partage équitable du bien commun entre nations et comme une entorse au principe de précaution. »

En juin 212, Bloom avait déjà dénoncé Intermarché pour publicité mensongère au sujet de ses pratiques de pêche. L'association avait porté plainte et gagné. Le Jury de Déontologie Publicitaire avait fait interdire une publicité au motif que son libellé pouvait « conduire à penser » que le groupement Les Mousquetaires jouait un rôle « déterminant » « dans la préservation et le renouvellement des ressources marines ». Quant à « l’auto-label », tel que le logo « pêche responsable » d’Intermarché, il s’était fait épingler pour sa « forte ressemblance avec le label du MSC1 », qui certifie, lui, une « pêche durable » et non une pêche « responsable ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour