rémi gaillard défense animaux

Rémi Gaillard censuré dans sa dernière campagne

Le 17 nov. 2016

Après son opération en direct sur Facebook Live pour la SPA, Rémi Gaillard est de retour dans une campagne de défense des animaux.

Un peu plus tôt ce mois-ci l’humoriste s’enfermait dans une cage de la SPA de Montpellier pour lever des fonds et inciter les gens à adopter des animaux. Après 4 jours passés enfermé et plus de 200 000 euros récoltés, la star de YouTube revient au premier plan de la défense animale.

Cette fois-ci il est la tête d’affiche de la campagne « Vire ta capuche » pour l’association Animalter que vous pourrez retrouver en print, sur un site dédié et en vidéo pour dénoncer le port de la fourrure animale. L’auteur de la célèbre signature « c’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui » est accompagnée de Georgia Horackova et Grégory Guillotin dans la vidéo de sensibilisation (âmes sensibles s'abstenir).

 

Vire ta capuche campagne

150 millions d’animaux sont tués chaque année pour leur fourrure.

Cette opération a été rendue possible par une campagne de financement participatif plébiscitée par 250 donateurs, qui ont permis d’afficher une cinquantaine d’affiches de 12 m2 sur les quais du métro parisien pendant une semaine du jeudi 17 novembre jusqu’au 23 novembre 2016.

200 marques refusent déjà l’utilisation de vraie fourrure.

Plus surprenant, les associations à l’origine de cette initiative ont vu leur campagne censurée pour les raisons suivantes :

Les 5 visuels présentés sont refusés en l’état en raison :

  • des situations représentées, qui correspondent à des actes ayant, dans la réalité, des conséquences dramatiques par suite de strangulation, et qui sont de nature à banaliser voire encourager, notamment auprès des plus jeunes, des comportements violents et dangereux,
  • de l’utilisation d’images présentant des blessures d’animaux pouvant être de nature à heurter la sensibilité de certains publics, pour diffusion en affichage,des situations représentées, qui correspondent à des actes ayant, dans la réalité, des conséquences dramatiques par suite de strangulation, et qui sont de nature à banaliser voire encourager, notamment auprès des plus jeunes, des comportements violents et dangereux,
  • du texte trop peu objectif et justifié.

On préférerait voir la barbarie censurée plutôt que ces images…

Pour en savoir plus sur les stratégies militantes en faveur de la défense des animaux nous vous invitons à consulter notre article sur la stratégie de L214.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour