actu_17818_vignette_alaune

Quels crimes avez-vous commis ?

Le 1 juill. 2013

Amnesty passe votre timeline Facebook au peigne fin et rend son verdict en appliquant les règlements de chaque pays. Une expérience qui permet d’ouvrir les yeux sur le monde et ses notions de droit.

Battue 46 fois, torturée 18 fois, emprisonnée 62 fois, fouettée 20 fois, tuée par des extrémistes 42 fois… mon crime ? Indiquer sur les réseaux sociaux être une femme, athée, boire de l’alcool, adhérer à des associations de solidarité internationale comme Oxfam ou tout simplement posséder un compte Facebook (interdit en Birmanie).

Un destin sombre qui pourrait s’appliquer à beaucoup d’internautes s’ils étaient nés en Afghanistan, en Iran, à Mexico, en Syrie, au Qatar, en Russie, et bien d’autres endroits encore où la démocratie n’est pas appliquée. Vivre en démocratie tend à faire oublier parfois qu’exprimer une simple opinion peut coûter la vie à certains, passée la frontière.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Au Au Viêt Nam, un blogueur a été condamné à 12 ans de prison pour ce que le gouvernement appelle de la propagande «anti-État». Un citoyen égyptien a été arrêté et maltraité pour certains de ses commentaires sur Internet.

 

Ce dispositif d'Amnesty International (New Zealand) sonne comme une piqûre de rappel à tous ceux qui, aujourd’hui, sont libres de tweeter, poster, bloguer, parce que libres dans leur pays. Il est signé Colenso BBDO (Auckland).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour