1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. Biotech
  4. Plein les oreilles : une symphonie créée à partir d’ADN finlandais

Plein les oreilles : une symphonie créée à partir d’ADN finlandais

Des aurores boréales en Finlande
Introduction
Vous ne considériez la génétique que d’un point de vue scientifique ? Ouvrez vos horizons : à la frontière de la science, de la technologie et de l’art, Visit Finland et le groupe de métal Apocalyptica livrent une symphonie des extrêmes réalisée à partir de l’ADN des Finlandais-aises. Bluffant.

A l’origine du projet, il y a une idée. Celle de l’agence de publicité SEK. « Et si nous traduisions l’ADN des Finlandais en musique ? »

Avis à tous-tes les créatifs-ves parfois frustrés-ées : certains clients acceptent vos idées farfelues. C’est le cas de Visit Finland, qui plutôt que de reculer devant ce défi insensé, a choisi de foncer. Paavo Virkkunen, Vice-Président Exécutif de Visit Finland, explique que cette « Symphony of Extremes » est le résultat de 7 mois de travail acharné. « Pour le centenaire de la Finlande, nous voulions proposer quelque chose d’incroyable. Le résultat, ce n’est pas une campagne : c’est une plateforme ». Une plateforme de marque-nation, mais aussi une plateforme pour faire rayonner toutes les industries et tous les habitants-tes de la Finlande. « Qu’est ce qui fait la particularité des Finlandais-aises ? Comment interpréter cette identité ? Comment l’exprimer ? » Vaste sujet. Et plutôt que de dresser une liste de caractéristiques non exhaustive, les équipes ont lancé un appel au peuple afin de collecter des échantillons d’ADN à travers le pays : Laponie, grands lacs, archipel, Helsinki… Autant de territoires emblématiques, mais tout aussi divers, qui ont été décortiqués.

The Symphony of Extremes : l'origine du projet

« Notre pays est fait d’extrêmes : il peut faire près de 40 degrés l’été, et moins 50 l’hiver. Le soleil peut ne jamais se lever pendant 50 jours, et ne jamais se coucher pendant 70. Il y a la mer, et la montagne ». Un environnement hostile, pas toujours prévisible, et qui devrait, selon les hypothèses initiales de Paavo Virkkunen, se traduire dans les gênes des Finlandais-aises.

Une fois les génomes séquencés, Janna Saarela, de l’Institut pour la Médecine Moléculaire finlandais, a soumis les différentes variantes à l’algorithme de Jonathan Middleton, Compositeur numérique, qui a permis d’en tirer des thèmes musicaux. « Il faut savoir qu’il y a plus de différences entre l’ADN de deux Finlandais qu’entre celui d’un Anglais et d’un Néerlandais », s’amuse Paavo Virkkunen. Et pour cause : la Finlande est un véritable carrefour, tant et si bien que l’on a retrouvé dans l’ADN collecté des traces d’ADN asiatique !

Ces thèmes musicaux ont été confiés au groupe de métal Apocalyptica, qui en a fait une symphonie. « En Finlande, le métal est une véritable institution. Barack Obama lui-même l’a déclaré ! », ce qui fait la fierté nationale. S’ils-elles se dépeignent eux-elles-mêmes comme « polis-ies, un peu timides, et pas très à l’aise » quand on empiète sur leur espace personnel, les Finlandais-aises trouvent dans le métal un moyen d’extérioriser. « Le choix du groupe n’a pas été compliqué : Apocalyptica fait des tournées à travers le monde depuis 20 ans. Eicca, le compositeur, a beaucoup voyagé et connaît très bien la Finlande et ses particularités ! »

Vous êtes prêts à voir le résultat ?

Apocalyptica - 'The Symphony Of Extremes' (Official Video)

Eicca Toppinen dresse un portrait rugueux, pratique, et épique de son peuple. « Nous aimons à la fois ce qui est minimaliste, et ce qui est grandiose. Pour survivre en Finlande, il faut savoir aller à l’essentiel. Mais en parallèle, tout ici est massif, impressionnant ». Deux caractéristiques qui se retrouvent dans la symphonie qu’il a composée. « Nous ne sommes pas très doués-ées pour exprimer nos émotions. La musique est un moyen d’y remédier ».

Un peuple de solutions

Pour Paavo comme pour Eicca, et toutes celles et ceux qui ont participé au projet, les enjeux s’étendent bien au-delà de ceux d’une campagne de communication traditionnelle. Certes, l’objectif est d’encourager le tourisme – qui a d’ailleurs fait un bond l’année dernière. Mais c’est loin d’être la seule mesure de succès. « Nous sommes un peuple d’innovation, de science et de culture », explique Paavo Virkkunen. « Mais nous sommes un petit pays, et nous n’avons pas les mêmes ressources marketing qu’ailleurs. En revanche, ce qui fait notre force, c’est que nous sommes un peuple de solutions ». Comprenez : pour survivre dans cet environnement hostile, les Finlandais-aises ont de tout temps fait preuve d’ingéniosité pour développer des écosystèmes, des technologies et des matières leur permettant d’aller plus loin, d’avoir moins froid, d’être plus au sec. « C’est bien simple : si nous ne trouvons pas de solutions, nous mourrons ».

C’est pourquoi Visit Finland ne voulait pas créer qu’une publicité, mais une plateforme capable de mettre en avant les forces, les industries, et les talents finlandais. « Je veux que celles et ceux qui regardent le résultat final aient l’esprit curieux, envie d’en savoir plus et pas uniquement en tant que touristes. Il y a énormément de choses à découvrir ici : nos progrès numériques, en énergie propre, en biotechnologies… Les conditions sont peut-être rudes, mais avec le bon état d’esprit, la bonne attitude et le bon équipement, nous pouvons aller très loin ».

DNA of Darkness

Ainsi, le site permet de découvrir la richesse du pays, par territoire et habitant. Qu’il s’agisse de sport, de culture, de traditions ou d’innovation, les reportages mettent en avant toutes les facettes de la Finlande.

L’ADN, un nouveau moyen de voyager

Ce n’est pas la première fois que l’ADN permet aux scientifiques et communicants de travailler main dans la main. L’initiative ADN, Let’s Open Our World, organisée par momondo, montrait aux participants-antes à quel point leur héritage génétique était multiple.

momondo – The DNA Journey

Et le concept ne se limite pas à des projets de com’ bien huilés ! Il séduit réellement aux Etats-Unis, où les demandes pour faire tester son ADN ont explosé. Toujours très politiquement incorrect, South Park s’en est d’ailleurs amusé : dans le 3ème épisode e la 21ème saison, les créateurs sous-entendent allègrement que certains ne feraient tester leur ADN que pour se donner bonne conscience…

 

On y voit ainsi Randy Marsh essayer à tout prix de collecter de la salive d’un Amérindien, pour avoir lui aussi un ADN mixte… qui lui permette de mieux assumer son comportement raciste…

Si la démarche est volontairement critique, elle n’en témoigne pas moins d’un réel intérêt pour le patrimoine génétique, et la diversité qui s’en accompagne. Dans le contexte politique actuel et les tensions autour des concepts de nation et d’identité, la démarche remet les pendules à l’heure et met à mal les théories qui voudraient qu’une quelconque supériorité de race existe !

Ajouter votre commentaire